Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : octobre 2011 > Nos archives du mois : le mouvement socialiste

compte rendu

Les socialistes, Paris, Le cavalier Bleu, 2010, 128 p., 9,20 €.

Par Georges Ubbiali


Alain BERGOUNIOUX

Image1

Alain Bergounioux est historien, président de l'Office universitaire de recherche socialiste (OURS). Il est également l'auteur, parmi d'autres publications, d'un Socialisme pour les nuls (chroniqué sur ce site). Il est également un des dirigeants de l'actuel PS. Il était donc particulièrement qualifié pour proposer ce petit opuscule de la collection Idées reçues. Rappelons le principe de cette collection. Il s'agit, à travers, une série de questions que tout le monde se pose sur un thème, de fournir la réponse d'un spécialiste qui éclaire l'interrogation sous un jour nouveau. Mission parfaitement accomplie par Alain Bergounioux. Certes, on ne trouvera pas sous sa plume de dénigrement du PS, de son histoire, de ses idées, de ses dirigeants, même s'il ne cache pas certaines détestations. Néanmoins, il faut reconnaître à Bergounioux un sens de la pédagogie et du didactisme, pour remplir la tâche de présenter le PS dans ses différents aspects.

Le propos est centré autour de trois dimensions, l'histoire du socialisme, le PS aujourd'hui et, enfin, sans doute la partie la plus discutable, les idées socialistes. Le lecteur apprendra sans doute beaucoup de choses en ce qui concerne l'histoire du courant socialiste dans l'Hexagone, tant cette histoire est compliquée. Si Bergounioux se fait le chantre de Jaurès, réformiste révolutionnaire, il est clairement très critique à l'égard de Guy Mollet et de la SFIO tout juste sortie de la Seconde Guerre mondiale, même s'il la replace dans le contexte de la Résistance. La seconde partie est concentrée autour de la figure de F. Mitterrand et du congrès d'Epinay, qui voit le dépassement de la vieille SFIO pour la création du PS actuel. Le propos se poursuit jusqu'à nos jours, puisqu'une partie est intitulée « Entre Olivier Besancenot et François Bayrou, les socialistes ne savent plus où donner de la tête ». Cette seconde partie se conclut par une question sur la sociologie des militants socialistes, belle synthèse actualisée du décrochage populaire du PS (Bergounioux fait d'ailleurs mention du travail très critique de Lefebvre et Sawicki, La société des socialistes , chroniqué sur ce site).

C'est dans la dernière section que l'historien se fait le plus fortement défenseur des idées socialistes, à propos de la sécurité, de l'Europe ou de la mondialisation. A l'idée reçue selon laquelle « Les socialistes n'ont pas de projet », il répond que ces derniers sont les seuls à avoir permis «  d'équilibrer le capital et le travail, le marché et l'Etat, la compétition et la solidarité  », p. 124. Et que s'ils parviennent à maintenir cet héritage, tout en le renouvelant, les socialistes sont promis à être une force politique d'avenir. Cette analyse lui appartient. Elle conclut un livre fort réussi dans son genre et son format.

 

ue », Léon Blum. Chef de gouvernement, 1936-1937 , Paris, Armand Colin, 1967.


Pour citer cet article


BERGOUNIOUX Alain. Les socialistes, Paris, Le cavalier Bleu, 2010, 128 p., 9,20 €. : Par Georges Ubbiali.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : octobre 2011, 11 juin 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=949




 
Revue électronique Dissidences...-