Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : juin 2011 > Nos archives du mois : le marxisme

compte rendu

La logique méconnue du « Capital », Lausanne, Pages deux, 2010, 124 p., 9,5 €.

Par Georges Ubbiali


Alain BIHR

Image1

Il faut reconnaître à Alain Bihr un talent de boucher. Rassurez-vous, Bihr, auteur de nombreux ouvrages sur le marxisme, le mouvement ouvrier et la théorie politique, ne s'est pas transformé en auteur gore. Il faut tout au contraire lui reconnaître un grand talent de pédagogue et d'analyste. Mais il n'était pas facile, en un volume aussi limité, de mettre en valeur, sans le trahir, la densité du texte principal de Marx, tout en suivant les différentes articulations. Disons le tout net, le résultat est tout à fait intéressant. Certains ont proposé, du vivant de Marx déjà, de résumer le Capital (on pense à Cafiero, Abrégé du Capital de Karl Marx , ed. Le Chien rouge, 2008. On notera toutefois que Cafiero ne traite que du livre I, le seul paru au moment où il rédige son Abrégé ). Le propos de Bihr est beaucoup plus ambitieux puisqu'il se propose de fournir un fil rouge de lecture de l'œuvre. En introduction il présente les difficultés de lecture d'une œuvre très hétérogène , d'un work in progress . Il plonge alors son couteau dans le texte pour en extraire le gras, le trop plein, plongeant au cœur de la chair théorique. Suivant les nervures du texte, il présente le cœur de l'argumentation de Marx, à partir des trois livres qui constituent le Capital . L'apparition du capital comme rapport social, la production de la plus value dans ses différentes formes, le salaire ou encore l'accumulation du capital forment l'essentiel des concepts abordés dans le livre I. Après le livre II, consacré à la circulation, Marx revient dans le livre III sur le procès d'ensemble de la production capitaliste, unité des deux procès de production et de circulation. C'est à ce niveau du procès d'ensemble que sont abordées les notions de profit, de baisse tendancielle du taux de profit, de crise, de capital fictif. Ayant achevé son travail de découpage de la matière, Bihr présente de belles pièces. Mais que l'on ne s'y trompe pas. Ce n'est pas parce que Bihr envisage de fournir un guide de lecture que pour autant le texte qu'il fournit se présente simplement. Il faut faire l'effort de lire ce court texte, de la même manière qu'il faut fournir un effort pour appréhender la lecture du texte du Capital . Le livre de Bihr constitue un outil précieux pour aller plus loin dans la découverte de Marx. Mais comme tout outil, s'il permet de simplifier le travail, son apprentissage demeure néanmoins nécessaire. Bihr ne prétend pas fournir un «  Capital pour les nuls  », d'où la densité de certains passages de son texte. Mais le lecteur qui consent à fourni l'effort nécessaire de lecture risque fort d'avoir envie d'aller plus loin dans ses lectures et se souviendra qu'il ne s'agit là que d'une courte mise en bouche.


Pour citer cet article


BIHR Alain. La logique méconnue du « Capital », Lausanne, Pages deux, 2010, 124 p., 9,5 €. : Par Georges Ubbiali.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : juin 2011, 16 mai 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=755




 
Revue électronique Dissidences...-