Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : octobre 2011 > Nos archives du mois : le mouvement socialiste

compte rendu

Jeunesses socialistes, 1944-1948. Socialisme contre social-démocratie , Nantes, Amalthée, 2008, 512 p., 23,50 €

Par Jean-Guillaume Lanuque


Jean-Jacques AYME

Image1

Cela fait maintenant près de trente ans que Jean-Jacques Ayme a réalisé son mémoire de maîtrise sous la direction de Pierre Bolle, historien du protestantisme et de la Résistance, et de Jean Godel, curé de la paroisse de Saint-Ismier (38), dont un article des Cahiers Léon Trotsky avait permis de découvrir un aperçu (1). L'auteur aura finalement réussi à publier son travail chez un éditeur régional, dans un contexte où l'abandon de l'idéologie socialiste d'antan par le Parti socialiste, dont certains des leaders souhaitent le changement de nom, est plus que jamais d'actualité. Seule surprise, l'origine précise de ce travail universitaire n'est nulle part mentionnée, laissant penser à un livre écrit il y a peu…

Le fil rouge de l'étude est le désaccord croissant entre la SFIO reconstituée au sortir de la guerre et son organisation de jeunesse, que Ayme voit comme étant plus réceptive à l'évolution de la classe ouvrière et donc emportée vers la gauche, face à des bureaucrates réformistes et finalement conservateurs. Le récit est logiquement largement fourni en références, quand bien même les sources ne semblent avoir été que modérément actualisées, avec quelques traces d'influence « lambertiste » qui demeurent (le « gauchisme décomposé » des années 60, par exemple)… On suit en tout cas de manière relativement détaillée les étapes du gauchissement des JS, d'emblée rebelles à la tutelle des adultes : manifestations d'internationalisme marquées dès 1946 (soutien aux Républicains espagnols, rôle de cheville ouvrière dans la reconstitution d'une Internationale de la jeunesse), actions communes avec le PCI-SFQI trotskyste et en particulier les Jeunesses communistes internationalistes (JCI, dont une histoire complète reste d'ailleurs encore à faire) contre les organisations d'extrême droite, etc… Jean-Jacques Ayme ne cache pas ses critiques à l'égard des JCI qu'il juge « sectaires » et de formation pour lui plus « zinoviéviste » (entendez fermée, repliée sur elle même) que véritablement trotskyste ; son propos n'en demeure pas moins fortement influencé par la grille de lecture trotskyste. Jouant un rôle dans l'accession de la gauche menée par Guy Mollet à la tête de la SFIO, les JS se retrouvent finalement sacrifiées sur l'autel de la participation gouvernementale. C'est en effet cette même gauche qui mène en 1947 l'offensive contre la direction des JS accusée de collusion avec le PCI, ou plutôt avec la tendance du PCI dirigée par Yvan Craipeau qu'avec sa direction. L'auteur parle d'un travail de fraction mené par la tendance d'Yvan Craipeau et non d'un travail entriste proprement dit (pas de validation par la direction du PCI et un objectif qui ne se limite pas à arracher des pans des JS au réformisme socialiste).

Après la dissolution du Bureau national des JS par le parti adulte, ce qui n'empêche pas la majorité des militants de rester fidèles à la direction ainsi condamnée, la volonté d'un rassemblement révolutionnaire laisse entrevoir la possible fusion avec le PCI, idée finalement abandonnée du fait des divergences internes à l'organisation trotskyste mais surtout de l'attraction concurrente, au début de l'année 1948, d'une Bataille socialiste tout juste sortie de la SFIO et du RDR naissant (Rassemblement démocratique révolutionnaire créé par Jean-Paul Sartre et David Rousset). Ce récit fort intéressant est complété par toute une série d'annexes, parmi lesquelles d'utiles organigrammes des JS. Manquent seulement une liste récapitulative des sources et une bibliographie.

 (1) « Ces jeunesses dont leur parti ne voulait pas – les jeunesses socialistes de France de 1944 à 1947 », in Cahiers Léon Trotsky n°16, 1983, pp. 78 à 100.


Pour citer cet article


AYME Jean-Jacques. Jeunesses socialistes, 1944-1948. Socialisme contre social-démocratie , Nantes, Amalthée, 2008, 512 p., 23,50 € : Par Jean-Guillaume Lanuque.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : octobre 2011, 8 mai 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=670




 
Revue électronique Dissidences...-