Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : août 2011 > Nos archives du mois : le mouvement anarchiste

Note de lecture

« Mort aux bourgeois ! ». Sur les traces de la bande à Bonnot , Paris, Larousse, collection « L'histoire comme un roman », 2007, 288 pages, 19,50 euros. novembre 2007

Par Jean-Guillaume Lanuque


Renaud THOMAZO

Date de publication : 4 mai 2011

Image1

L'ouvrage de Renaud Thomazo fait partie de la première livraison de titres appartenant à cette nouvelle collection créée par Larousse, qui semble avoir pour ambition d'intéresser un large public à l'histoire, en se rapprochant en partie du succès des romans historiques. Se voulant populaire, « Mort aux bourgeois ! » est ainsi imprimé en gros caractères, sans notes de bas de page, avec de larges espacements, une omniprésence du récit et même une présentation préalable des principaux personnages. Pour autant, la prévention d'un Thucydide, qui mettait en garde contre le plaisir de l'auditeur, opposé selon lui au sérieux de l'historien, est-elle justifiée ici ? On se doit en fait de reconnaître que l'ouvrage de Thomazo est plutôt bien ficelé, descriptif plus qu'analytique, certes, mais présentant aussi bien le fonctionnement de la police d'alors que le mouvement anarchiste et certaines de ses figures. Sont ainsi évoqués la propagande par le fait, la reprise individuelle, le syndicalisme révolutionnaire et même les milieux libres (la maîtrise de Céline Beaudet, chroniqué sur ce site, fait partie de la bibliographie, d'ailleurs assez solide). La lecture est logiquement très aisée, avec une enquête policière prenante, beaucoup d'anecdotes, et un Victor Serge présenté de manière particulièrement sympathique (1). On croise même Lénine au détour d'une page ! Le contexte politique intérieur aussi bien qu'extérieur est par contre brossé de manière bien plus légère et superficielle. Renaud Thomazo a en tout cas effectué un vrai travail d'historien, en dépouillant dans les archives lettres de dénonciation et journaux de l'époque, qu'il cite régulièrement. Une agréable vulgarisation, donc, qui estime que Bonnot et ses compagnons étaient à la fois des criminels et des anarchistes convaincus, à leur façon…

 (1) Remarquons au passage qu'en ce qui concerne ce dernier, aucune mention n'est faite de son premier roman, Les hommes dans la prison , pourtant lié directement au sujet. Quant à son ultime exil, il ne s'est pas effectué au Brésil, mais au Mexique.


Pour citer cet article


THOMAZO Renaud. « Mort aux bourgeois ! ». Sur les traces de la bande à Bonnot , Paris, Larousse, collection « L'histoire comme un roman », 2007, 288 pages, 19,50 euros. novembre 2007 : Par Jean-Guillaume Lanuque.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : août 2011, 4 mai 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=616




 
Revue électronique Dissidences...-