Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Numéro 2 - Automne 2011 > Comptes rendus : le mouvement trotskyste

compte rendu

L'extrême gauche maoïste et trotskyste à Rennes entre 1968 et 1981, Université de Rennes II, Mémoire de DEA d'Histoire et Sciences sociales, sous la direction de Jacqueline Sainclivier, 2003, 135 pages + annexes.

Par Jean-Paul Salles


Julien RAIMBAULT

Est-il besoin, quand on consacre un mémoire à un tel sujet, de remonter aux origines, de nous infliger un retour obligatoirement fastidieux et superficiel, sur les origines du communisme ? En tout cas l'auteur prouve qu'il connaît parfaitement la bibliographie, mais on ne prend véritablement intérêt à ce travail qu'à partir de la page 105, quand est abordée la situation de l'extrême gauche à Rennes. Pour ce faire, l'auteur utilise les rapports des officiers des renseignements généraux, mais il aurait intérêt à solliciter davantage les nombreux fonds privés, qu'il a d'ailleurs identifiés, déposés par d'anciens militants, aux Archives départementales d'Ille et Vilaine, à Rennes, comme au centre d'Histoire du Travail, à Nantes. Qu'il n'oublie pas les précieuses biographies données par la presse militante au moment de la mort des militants. Nous pensons à celle de Paul Nughes, un des fondateurs de la JCR à Nantes, parue dans Rouge n°1347 (30 mars-5 avril 1989). L'utilisation de telles sources, mais sans doute l'auteur l'a-t-il prévu pour ses recherches à venir, aurait permis d'éviter une certaine sécheresse. Le tout petit groupe qu'était la JCR à Rennes avant 1968 - pas plus de 15 militants -, a été capable, semble-t-il, de ne réaliser qu'un seul numéro de son journal, L'Antidote, en janvier 1968. Après Mai 68, ses effectifs ont triplé ; à la rentrée universitaire suivante, les militants regroupés autour de Rouge rassemblent 250 personnes à la Faculté sur le thème " Après mai, les tâches du mouvement étudiant ". Ces données chiffrées, apportées par l'auteur, sont intéressantes, mais elles nous laissent sur notre faim. Mais peut-être est-ce le but de ce mémoire, susciter l'intérêt, la thèse devant satisfaire notre curiosité.

Jean-Paul Salles.


Pour citer cet article


RAIMBAULT Julien. L'extrême gauche maoïste et trotskyste à Rennes entre 1968 et 1981, Université de Rennes II, Mémoire de DEA d'Histoire et Sciences sociales, sous la direction de Jacqueline Sainclivier, 2003, 135 pages + annexes. : Par Jean-Paul Salles.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Numéro 2 - Automne 2011, 12 avril 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=551




 
Revue électronique Dissidences...-