Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : juillet 2011 > Nos archives du mois : mémoires ouvrières, témoignages

Note de lecture

Up from slavery. Ascension d'un esclave émancipé , Paris, Les Editeurs libres, 2008, 270 p., 23 €, 1 ère édition 1901

par Jean-Paul Salles


Booker T. WASHINGTON

Date de publication : 12 avril 2011

Image1

Booker T. WASHINGTON, Up from slavery. Ascension d'un esclave émancipé

Ce récit de vie, édité en 1901 aux Etats-Unis du vivant de l'auteur (il meurt en 1915), traduit en français dès 1903, a eu un grand succès et en même temps a suscité la polémique chez les Noirs américains. L'éditeur a eu raison de le remettre sous nos yeux.

C'est l'histoire d'un homme, né esclave en 1856 dans une plantation de tabac de Virginie, émancipé comme tous les siens – ceux de « sa race » comme il dit – en 1866, qui parvint à une haute position grâce à sa ténacité. La partie la plus intéressante du livre est le début, quand il décrit les conditions de vie, effroyables, sur la plantation. Logés dans une cabane étroite, au sol en terre battue, les murs percés d'orifices, la mère de l'auteur et ses deux autres enfants, trime au service de ses maîtres. Dans cette hutte, pas de lits mais des couches constituées de vieux chiffons, pas de draps non plus bien sûr ni aucune hygiène. La libération ne va pas immédiatement améliorer le sort de notre héros que son beau-père oblige à travailler dans un four à sel puis une mine de charbon. Ce qui le sauvera, c'est sa volonté de s'instruire qui l'amène à quitter son village, à l'âge de 16 ans, et à rejoindre, au prix de difficultés inouïes mais toujours surmontées, un Institut de formation créé par des Nordistes pour instruire les esclaves libérés.

Après quelques années d'études, devenu à son tour pédagogue, il crée sa propre école, à Tuskegee, dans l'Etat d'Alabama. C'est une école technique, industrielle et agricole, dédiée à l'éducation professionnelle des Noirs. L'auteur pense en effet que les Noirs tireront leur salut de leur prospérité économique. C'est en quelque sorte « le rêve américain » proposé aux Noirs. Il n'existe pas de meilleur système que le système économique et social américain, aux Noirs donc de s'y adapter, en toute bonne entente avec les Blancs, y compris ceux du Sud, dont l'auteur minimise constamment les forfaits (lynchages des Noirs, Ku Klux Klan, mise en place de la ségrégation raciale…dont il est lui-même victime !). Dans un discours célèbre à l'époque, prononcé lors d'une Exposition internationale à Atlanta en 1895, appelé « Le Compromis d'Atlanta », il affirme : « Nous pouvons (Noirs et Blancs), sous toutes les facettes de notre existence sociale, être séparés comme les doigts, mais nous unir en une main pour toute chose essentielle à notre progrès mutuel ».

On comprend que l'establishment blanc ait encouragé ce tenant d'une « ligne réconciliatrice » en lui prodiguant soutiens financiers et honneurs. Il sera le premier noir à devenir Docteur honoris causa à Harvard en 1896. De même le Président des Etats-Unis McKinley visitera son école de Tuskegee en 1898. Il sera même reçu plus tard à la Maison blanche, encore une fois le premier Noir. Mais on peut comprendre aussi que certains des siens le critiquent, notamment W.E.B. Du Bois. Ce dernier lui reproche de minimiser la réalité de la ségrégation et des violences. C'est sans la collaboration de Booker Washington que Du Bois créera la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People), le célèbre mouvement pour les droits civiques. Une orientation radicalement différente de celle de notre auteur pour qui « l'avenir de ma race dépend entièrement de notre capacité ou de notre incapacité de nous rendre indispensables dans les villes et les Etats où nous résidons » (p.237-8). Malgré tout un livre, magnifiquement édité, à conseiller pour ceux qui veulent s'informer sur la dureté de la vie des esclaves dans les plantations du Sud des Etats-Unis, également sur les milieux abolitionnistes du Nord qui, après l'émancipation des esclaves, se dédièrent – à leur manière – à l'instruction des anciens esclaves. Un passé proche ravivé par l'élection de Obama.

Salles Jean-Paul.


Pour citer cet article


T. WASHINGTON Booker. Up from slavery. Ascension d'un esclave émancipé , Paris, Les Editeurs libres, 2008, 270 p., 23 €, 1 ère édition 1901 : par Jean-Paul Salles.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : juillet 2011, 12 avril 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=495




 
Revue électronique Dissidences...-