Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : juin 2011 > Varia

compte rendu

De Spoutnik à la Lune. L 'histoire secrète du programme spatial soviétique , Arles, éditions Jacqueline Chambon / Actes Sud, 2007, 352 p, 23 euros.

par Jean-Guillaume Lanuque


Pierre Balland

Image1

Pierre BALAND, De Spoutnik à la Lune. L 'histoire secrète du programme spatial soviétique

Voilà un livre qui nous permet de découvrir l'histoire de l'URSS sous un angle original, celui de son programme spatial dont les prémisses coïncident avec la prise du pouvoir par les bolcheviques. Dès les lendemains de la guerre civile, en effet, la « cosmonautique » du visionnaire Konstantin Tsiolkovski est encouragée par le nouveau pouvoir, ses développements concrets étant cependant enrayés par les purges staliniennes. La récupération de la technologie allemande à la fin de la Seconde Guerre relance toutefois la recherche, centrée sur l'armement. C'est ainsi qu'après la mise au point de la bombe H soviétique, le missile balistique élaboré par Korolev se trouve être capable de devenir une véritable fusée. Basé sur le centre de lancement de Tiouratam au Kazakhstan (et non Baïkonour, situé à 370 km de là et utilisé comme leurre !), le programme spatial qui débute en fanfare avec la mise sur orbite de Spoutnik I, premier satellite artificiel, devient un axe privilégié de la propagande. Les nombreux échecs de lancement sont ainsi constamment dissimulés afin de faire croire à la quasi infaillibilité soviétique.

Cette tendance à privilégier les coups médiatiques limite en partie les progrès, ce qui se ressent tout particulièrement dans le programme lunaire. Si dès 1959, Luna 3 parvient à contourner la Lune et à photographier pour la première fois sa face cachée, les multiples sondes envoyées par la suite enregistrent un fort taux d'échec. Deux projets habités sont d'ailleurs développés en parallèle : le survol par Tchélomei et l'atterrissage par Korolev. Cette entreprise industrielle considérable, qui absorbe une masse importante des ressources du pays, doit en outre faire face à la mauvaise volonté des militaires et à une fiabilité décroissante. Le début de l'année 1966 voit se produire à la fois la disparition de Korolev, leader du programme spatial, et la réussite de Luna 9, la première sonde parvenant à se poser sur la Lune dont elle filme la surface. L'année suivante est toutefois marquée par la première mort d'un cosmonaute en mission, la préparation -précipitée- du futur train lunaire, ainsi que par l'échec du survol habité de la Lune , prévu pour le cinquantième anniversaire d'Octobre (il est remplacé par l'amarrage automatique de deux modules du train lunaire, bien moins impressionnant). Les retards successifs s'ajoutent à ces résultats mitigés pour aboutir finalement à la victoire d'Armstrong sur Leonov, premier piéton de l'espace qui devait devenir le premier homme sur la Lune. Ce même jour, la sonde automatique soviétique envoyée afin de ramener des échantillons du sol lunaire s'écrase, tout un symbole. Le programme lunaire se poursuit quand même, l'URSS prévoyant même d'installer une base permanente sur la Lune. Néanmoins , si le début des années 1970 voit le succès de la station spatiale Saliout, le programme lunaire est finalement abandonné en 1974 au profit du projet de navette spatiale, tous ses éléments étant de surcroît détruits !

L'exposé de ce programme spatial est en tous cas une nouvelle illustration de l'irrationalité bureaucratique : infrastructures industrielles en double (pour le ministère de l'armement et pour celui de l'aéronautique), manque de centralisation, rivalités et confusions entre les responsables (1), sont autant d'éléments d'une véritable involution permanente. Pierre Baland livre toutefois davantage une histoire technique et institutionnelle, des dirigeants et des responsables du programme spatial, à laquelle il manque une véritable approche par la base (sociologie des personnels, privilèges éventuels obtenus par cet investissement, etc…).

Jean-Guillaume Lanuque

(1) Le début des années 1960 voit ainsi s'opposer Korolev, le père du Soyouz, et Tchélomei, défenseur de l'audacieux projet d'un avion spatial.


Pour citer cet article


Balland Pierre. De Spoutnik à la Lune. L 'histoire secrète du programme spatial soviétique , Arles, éditions Jacqueline Chambon / Actes Sud, 2007, 352 p, 23 euros. : par Jean-Guillaume Lanuque.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : juin 2011, 7 avril 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=449




 
Revue électronique Dissidences...-