Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Numéro 2 - Automne 2011 > Comptes rendus : le mouvement trotskyste

compte rendu

Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres , Lulu, 2007.

par Jean-Guillaume Lanuque


Daniel Coquema

N'essayez pas de chercher cet ouvrage chez votre libraire préféré, il est uniquement disponible par le biais du site Internet www.lulu.com . C'est apparemment le seul moyen qu'a trouvé son auteur, l'universitaire Daniel Coquema, pour le publier « face au blocus des maisons d'éditions traditionnelles » (extrait du texte de présentation), sous une forme qui témoigne d'ailleurs d'une certaine légèreté : aucune numérotation passée la page 75, un chapitre imprimé en double, pas d'index, de nombreuses fautes d'orthographe ou de mise en page… Le fond du livre permet de mieux comprendre l'adoption de cette solution pour son édition. Il s'agit en effet d'un mélange des deux précédents ouvrages de l'auteur, De Trotsky à Laguiller. Contribution à l'histoire de la IVe Internationale , sorti en 1997 (1), et Qui sont les trotskystes ? , publié sous le pseudonyme de Daniel Erouville (voir la recension sur notre site). Le plus surprenant est que le plan comme la majeure partie du texte sont identiques au mot près. Certes, l'introduction a été actualisée, tout comme le tableau des organisations trotskystes françaises d'aujourd'hui : reflétant toute la complexité de cette nébuleuse, il manque malheureusement cruellement d'explications. Quelques considérations sur les positions des dernières années de la part des trotskystes ainsi que sur la situation préélectorale ont également été ajoutées. Mais pour ce qui est des références bibliographiques, les ajouts récents ont été intégrés directement dans le corps du texte, et non au sein des notes de fin de chapitre antérieures. En outre, l'auteur n'a pas profité de l'occasion pour corriger erreurs de dates, redites et oublis (aucun développement sur la guerre civile espagnole, par exemple), ou pour actualiser quelque peu certains des aspects de son texte (les renvois à des sites Internet sont inexistants). Coquema semble se situer dans une dissidence partielle vis-à-vis du CCI du Parti des travailleurs (les références bibliographiques les plus nombreuses viennent de ce dernier), dont il partage l'essentiel de l'analyse « anti-pabliste » et la politique de reconstruction de la IVe Internationale (avec celle de l'Entente internationale des travailleurs), mais auquel il adresse divers reproches, entre autre une tendance réformiste syndicale, un activisme excessif et la « diplomatie secrète » de Lambert. Pour les autres principales organisations, on peut noter une sympathie relative très occasionnelle à l'égard de Lutte ouvrière (LO), généralement très critiquée, et beaucoup d'acrimonie envers la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), qui concentre le gros de ses attaques, avec le refus de lui accorder le qualificatif de trotskyste au profit de celui, implicite, de contre révolutionnaire. Dans l'ensemble, on retrouve de toute façon un travail centré sur les idées, plus politique et propagandiste qu'historique, non sans beaucoup de simplifications.

Jean-Guillaume Lanuque

(1) Je renvoie à ce sujet à la critique que j'avais écrite en son temps, «  De Trotsky à Laguiller, ou le contre-exemple d'une histoire du trotskysme », in Critique Communiste , n° 148, printemps 1997, p. 91-92.


Pour citer cet article


Coquema Daniel. Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres , Lulu, 2007. : par Jean-Guillaume Lanuque.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Numéro 2 - Automne 2011, 3 avril 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=427




 
Revue électronique Dissidences...-