Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Numéro 3 - Printemps 2012 > Outils : le maoïsme français

Article

Chronologie des maoïsmes en France, des années 1930 à 2010


Christian Beuvain
Florent Schoumacher

Date de publication : 5 avril 2012


Table des matières

Texte intégral

Cette chronologie est divisée en trois parties. La première développe la préhistoire des maoïsmes français, avec l'apparition des Amis du peuple chinois en 1934, ainsi que les prolégomènes, dans les années 1950, d'un engouement sinophile de la part de communistes et de compagnons de route, que l'on retrouve, quinze ou vingt ans plus tard, pour nombre d'entre eux (S. de Beauvoir, A. Gatti, J. Chesneaux, etc.), engagés dans les luttes aux côtés des organisations marxistes-léninistes. La seconde partie déroule les multiples facettes de l'engagement marxiste-léniniste (« pro-chinois », « m-l », « maoïstes »1) dans cette décennie orientée et révolutionnaire appelée les « Années 68 ». Enfin, la troisième partie situe les derniers événements entre disparitions, reconversions, renoncements et (quelques) permanences. Pour construire cette chronologie des maoïsmes en France, de nombreux ouvrages et articles de revues ont été consultés, des travaux universitaires ainsi que la presse, Le Monde essentiellement, ou les sites militants qui numérisent les documents originaux, comme les brochures ou les journaux des organisations. Nous nous sommes efforcés, en croisant ces multiples informations, d'éviter au maximum les erreurs de datation dont les souvenirs ou les récits sont trop souvent parsemés. Mais il peut néanmoins en subsister, ce que nous nous engageons à corriger périodiquement. Nous nous sommes également attachés à restituer la diversité des engagements marxistes-léninistes, dans le champ du politique cela va sans dire, mais sans occulter ceux des secteurs culturels, qu'ils soient littéraires, picturaux ou cinématographiques. Ainsi construite, cette chronologie est, à tous égards, pionnière dans son genre. Notre ambition est double : fournir au grand public une vue d'ensemble des espaces, des pratiques et des paroles maoïstes, et aux chercheurs un outil de travail sérieux et précis sur ces thèmes. A terme, il semble pertinent d'envisager une chronologie internationale, afin de mesurer l'ampleur que ce courant politique d'extrême gauche sut déployer à travers le monde. Les quelques événements internationaux inscrits ici, concernant en majorité la Chine ou l'Albanie, ne sont là que pour indiquer des repères-clés sur ce qui motiva, et aussi les divisa, nombre de militants marxistes-léninistes2.

Christian Beuvain (avec Florent Schoumacher). Juin 2010/mars 2012.

Fondation de l'association des Amis du peuple chinois, liée au PCF, dont le secrétaire est René Etiemble, qui signe alors ses articles dans l'organe officiel de l'association, Chine (n°1, mars 1934) ou dans Commune, de l'AEAR, du pseudonyme de Jean Louverné. André Malraux et Paul Vaillant-Couturier font également partie de la rédaction de Chine.

Janvier-juin : Premier séjour de Jean Chesneaux en Chine, après avoir été emprisonné à Saïgon pour contacts avec le Vietminh. De retour en France, il décide de devenir sinologue.

Juin : Parution (traduction) du livre de l'américain Jack Belden, La Chine ébranle le monde, chez Gallimard. Ce livre est lu ensuite par de nombreux militants d'extrême gauche, dont les maoïstes, qui lui préfèrent néanmoins celui d'Edgar Snow de 1938, traduit en 1965, Etoile rouge sur la Chine (Stock).

Eté : Parution de Clefs pour la Chine de Claude Roy (PCF) chez Gallimard.

Création de l'Association des Amitiés franco-chinoises, liée au PCF.

Premier voyage en Chine de Maria-Antonietta Macchiocchi, où elle rencontre Mao Zedong.

Septembre-octobre : Après leur séjour en URSS en mai et juin 1954, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre voyagent en Chine.

17 septembre-3 novembre : Une délégation de l'Association des amitiés franco-chinoises est invitée en Chine, pour le VIe anniversaire de la République populaire. Il y a Armand Gatti, Michel Leiris, René Dumont, Chris Marker, Jean Lurçat et Paul Ricoeur.

Septembre : Numéro spécial des Temps modernes intitulé « La Chine d'hier et d'aujourd'hui ».

Simone de Beauvoir publie La Longue marche chez Gallimard, récit de son périple en Chine avec Jean-Paul Sartre.

16 mai-22 juin : Invités par l'Institut des Affaires étrangères, voyage en Chine de Edgar Faure et Lucie Faure. E. Faure écrit Le Serpent et la tortue, où il préconise la reconnaissance de la Chine par la France. Bientôt membre des Amitiés franco-chinoises. Lucie Faure en tire le livre Journal d'un voyage en Chine (Julliard, 1958).

Hélène Marchisio et son mari Joseph Marchisio, dirigeants de l'Association des amitiés franco-chinoises, partent enseigner le français à l'Institut de la diplomatie à Pékin. Ils ne retournent à Paris qu'en 1965. Ils accueillent Charles Bettelheim lors de son séjour en 1964, et H. Marchisio participe à son livre La construction du socialisme en Chine, avec un chapitre sur les communes populaires.

Février : A Paris, exposition sur Le livre et la Chine, avec la participation, entre autres, de communistes tels Marius Magnien, qui fut correspondant de L'Humanité en Chine, ou de compagnons de route comme S. de Beauvoir, C. Roy, Lucie Faure des Amitiés franco-chinoises, etc.

Printemps (mars ?) : Premier numéro des Cahiers franco-chinois (Paris-Pékin, la revue des Amitiés franco-chinoises), revue trimestrielle dirigée par A. G. Haudricourt, avec Jean Chesneaux comme rédacteur en chef. Au comité de rédaction (qui devient en 1961 Conseil de direction), siègent le célèbre sinologue Jacques Gernet, René Etiemble, Marius Magnien, Jean Dresch, ainsi que Charles Bettelheim, Régis Bergeron et Armand Gatti, que l'on retrouve ensuite dans les rangs des marxistes-léninistes ou comme compagnons de route de ces derniers.

Juillet : Régis Bergeron, journaliste et critique littéraire communiste (L'Humanité, Les Lettres françaises) part en Chine comme enseignant de littérature française à l'Université de Pékin et conseiller pour les publications en français des éditions de Pékin, jusqu'en juillet 1961.

Mars : Jean Baby, économiste du PCF, publie un ouvrage (Critique de base) critiquant le XXe Congrès du PCUS. Il est exclu, et après un séjour en Chine, devient maoïste.

Mai : Le Parti communiste chinois publie une brochure Vive le léninisme, qui condamne l'URSS.

22 février : En Belgique, Jacques Grippa, membre du Comité central du Parti communiste belge, prend position en faveur des thèses chinoises dans une tribune de l'organe du parti, Le Drapeau rouge. Il sera exclu du CC en novembre 1962.

3 octobre : Régis Bergeron, dans France nouvelle, hebdomadaire du PCF dont il est rédacteur en chef adjoint, publie un article favorable au Parti communiste chinois, « A l'aube de l'an 14 ».

Décembre : Maurice Thorez, secrétaire général du PCF, condamne publiquement la brochure du PCC, Vive le léninisme.

Janvier : Le PCF, dans L'Humanité (10 articles du 5 au 16) et dans France nouvelle, attaque les positions du Parti communiste chinois.

13-15 avril : En Belgique, Jacques Grippa et trois autres militants sont exclus du PCB lors du XIVe Congrès, pour leurs positions « pro-chinoises ».

Juin : VIIIème Congrès de l'Association des Amitiés franco-chinoises, où le Comité national, proche du PCF, est réélu par environ 60 délégués, sauf 2, partisans des thèses chinoises, de Marseille.

14 juin : Le CC du Parti communiste chinois publie une réponse à la lettre des Soviétiques du 30 mars 1963. Elle s'intitule Propositions concernant la ligne générale du mouvement communiste international. Cette lettre, connue historiquement sous le titre « Lettre en 25 points », officialise la rupture sino-soviétique et sera en quelque sorte le passage obligé des premières adhésions marxistes-léninistes.

Eté : François et Suzanne Marty, communistes partisans des thèses chinoises, se rendent en Albanie.

Juillet : Admission de Robert Linhart (21 ans) à l'ENS de la rue d'Ulm.

24 juillet : Le PCF publie, dans son hebdomadaire France nouvelle, les textes du PCUS du 30/3/1963 et la « Lettre en 25 points » du PCC.

15 Septembre : Parution du n°1 du mensuel Révolution : Afrique, Amérique latine, Asie, qui sera simplement Révolution dès le n°4. Publication luxueuse de Jacques Vergès, assisté de Patrick Kessel et du caricaturiste Siné. Le dernier numéro sort en décembre 1964, lorsque J. Vergès retourne en Algérie. Cette revue véhicule, en partie, les thèses chinoises.

24 septembre : Le Comité national de l'UEC adopte les positions anti-chinoises du PCF, sauf Bruno Queysanne, futur membre de l'UJC(ml).

Novembre : Les marxistes-léninistes du Comité de Marseille de l'Association des Amitiés franco-chinoises publient le n°1 de leur bulletin, Cercle d'étude et de documentation. Il aura 7 numéros, le dernier en juillet 1964. Leur objectif est de diffuser les thèses chinoises dans le PCF. Ces Marseillais, Paul Coste, Marcel Coste, Christian Maillet et Jacques Jurquet, sont exclus du PCF en avril 1964.

Novembre : Le bulletin marseillais de l'Association des Amitiés franco-chinoises, Connaissance de la Chine, passe aux mains des marxistes-léninistes (n° 5).

22 décembre 1963 : En Belgique, création par des militants regroupés autour de Jacques Grippa du Parti communiste de Belgique, premier parti marxiste-léniniste d'Europe, reconnu aussitôt par la Chine et l'Albanie.

Janvier : Création, par des membres exclus du PCF, autour de Claude Beaulieu et Alain Dupuy du Cercle de Clichy, qui édite le Bulletin d'information marxiste-léniniste (BIML).

27 janvier : L'Etat français reconnaît la République populaire de Chine.

Avril : Jacques Vergès publie « La question de Staline » dans Révolution, afin de faire un bilan « raisonné » de Staline pour se démarquer du « révisionnisme trotskyste ».

18 avril : Les marxistes-léninistes du Cercle d'étude et de documentation sont dénoncés par la Fédération des Bouches-du-Rhône du PCF.

Mai : Un groupe d'étudiants parisiens marxistes-léninistes au sein de l'UEC (venus des Jeunesses du PSU) sort le n° 1, et unique, de Drapeau rouge, du nom de leur cellule. Cette cellule, ralliée à la FCML fin 1964, publie en 1966 un autre unique exemplaire des Cahiers Drapeau rouge.

1er mai : Claude Beaulieu, marxiste-léniniste du Cercle de Clichy, est invité au défilé de la fête du travail à Tirana (Albanie).

Eté : Robert Linhart part travailler comme « pied-rouge » en Algérie. Il y prend connaissances des thèses chinoises grâce à un militant espagnol qui travaille pour le ministère de l'Agriculture.

Juillet : Création de la Fédération des cercles marxistes-léninistes (FCML) par les représentants des Cercles marxistes-léninistes de Marseille, Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Perpignan et Saint-Savournin.

Août : La FCML se dote d'un bulletin mensuel, Pour la défense du marxisme-léninisme, « organe de la Fédération des Cercles marxistes-léninistes », qui prend la suite, dès son n° 8, du bulletin du Comité de Marseille de l'Association des Amitiés franco-chinoises, Cercle d'étude et de documentation.

Août : Premier voyage en Chine de Jacques Jurquet et d'autres militants, qui sont reçus par Mao Zedong.

Octobre : A l'ENS de la rue d'Ulm, parution du n°1 des Cahiers marxistes-léninistes, par le Cercle « althussérien » de l'UEC, les « Ulmards ». Tiré (ronéoté) à 1000 exemplaires, il porte en exergue une citation de Lénine : « La théorie de Marx est toute puissante parce qu'elle est vraie ». Son objectif est de contribuer à former théoriquement les militants de l'UEC. Ses rédacteurs sont Robert Linhart, Jacques Rancière, Jacques-Alain Miller, Jean-Claude Milner, etc.

Janvier : Parution, en français (traduit par Jacques Reclus), de l'ouvrage classique d'Edgar Snow de 1938, Etoile rouge sur la Chine (Stock), qui va figurer en bonne place dans les bibliothèques des maoïstes.

Février : Parution du numéro 1 de L'Humanité nouvelle, « organe mensuel de la FCML », qui remplace son bulletin. Edité à Marseille, Régis Bergeron en est le rédacteur en chef. C'est un « ancien » des Cahiers franco-chinois et l'ex-rédacteur en chef adjoint de l'hebdomadaire du PCF, France nouvelle. Jacques Jurquet rédige l'éditorial de ce n°1, intitulé : « La vérité est révolutionnaire. Le marxisme-léninisme triomphera du révisionnisme moderne ». Sortie également du n°1 (le seul) de L'Avant-Garde de la jeunesse française, « organe des jeunes marxistes-léninistes » de la FCML.

18 mars : Constitution du Centre marxiste-léniniste de France (CMLF), à partir du Cercle de Clichy. Le Bulletin d'information marxiste-léniniste (puis Tribune rouge) devient l'organe du mouvement. Ce CMLF a des liens privilégiés avec le Parti communiste de Belgique de Jacques Grippa. Il appela à voter pour le général de Gaulle lors des présidentielles des 5 et 19 décembre 1965, celui-ci apparaissant au CMLF comme l'opposant principal face aux Etats-Unis.

Mai : Jacques Jurquet et François Marty (FCML) se rendent en Albanie où ils rencontrent Enver Hoxha.

Mai : Dans son n° 4, L'Humanité nouvelle publie un « Projet de plate-forme marxiste-léniniste ».

1er mai : Claude Beaulieu et Alain Dupuy, du CMLF, sont en visite à Pékin, et un autre dirigeant se rend en Albanie.

Juillet : A l'ENS de la rue d'Ulm, sont reçus au concours d'admission Benny Lévy (20 ans), Guy Hocquenghem, Dominique Lecourt, Philippe Barret tous futurs « Ulmards » et militants marxistes-léninistes. Benny Lévy est personnellement présenté aux « althussériens » et à Robert Linhart par Jacques Broyelle.

26 septembre : Le Bureau politique national de la FCML appelle à ne voter « ni de Gaulle ni Mitterrand » aux présidentielles.

Octobre : Numéro 1 du mensuel de l'UEC, Nouveau Clarté, avec Robert Linhart et Charles Bettelheim. Il n'y aura pas de suite.

Novembre : Parution chez François Maspero de Lire le Capital I et II de Louis Althusser, Jacques Rancière, Pierre Macherey, Etienne Balibar, Roger Establet, issu du séminaire de l'ENS de janvier/avril 1965. Il s'agit d'une relecture de Karl Marx à partir d'une coupure épistémologique de son œuvre en deux périodes : un « jeune Marx », humaniste, à rejeter, et un Marx auteur d'une « révolution théorique » dont il convient d'approfondir son « protocole de lecture ».

15 novembre : Dans un n° spécial de L'Humanité nouvelle, la FCML recommande de déposer un bulletin avec l'inscription « Je vote communiste » pour les présidentielles.

Décembre : Pour les présidentielles, dans son Bulletin d'information marxiste-léniniste (n° 15) le CMLF de Claude Beaulieu appelle à battre le candidat « pro-américain » Mitterrand, et à former un Front uni national contre l'impérialisme américain.

10 décembre : Communiqué du CMLF appelant à voter pour le général de Gaulle.

1966-été 1968 : Un sinologue, Jean Daubier, séjourne et travaille en Chine comme traducteur. Il y suit le déroulement de la Révolution culturelle, et fait paraître son ouvrage en 1970, Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine, chez François Maspero.

Janvier-février : A l'ENS, parution du n°1 des Cahiers pour l'analyse, fondés par les « lacano-althussériens » Jacques-Alain Miller, Jean-Claude Milner, François Régnault et Alain Grosrichard.

16 janvier : Le CMLF de Claude Beaulieu réunit à Paris sa 1ère Conférence nationale. Celle-ci défend la ligne de Front national uni.

Février : Robert Linhart et les marxistes-léninistes de l'ENS décident de créer des structures clandestines au sein de l'UEC, afin de gagner le maximum de militants.

23 mars : A Paris, lors d'une manifestation du PCF de soutien au Nord-Vietnam, les militants de la FCML organisent un sit-in place de l'Opéra.

Avril 1966 : IXème Congrès de l'UEC. Les marxistes-léninistes diffusent leurs thèses, et en particulier les attaques contre la Résolution du CC du PCF à Argenteuil (13 mars 1966), sur les problèmes idéologiques et culturels, dans leur brochure « Faut-il réviser la théorie marxiste-léniniste ? ».

Mai : Charles Bettelheim devient le dirigeant de l'Association des Amitiés franco-chinoises, jusqu'en 1977.

16 mai : Le Bureau politique du PCC décide de confier à Chen Boda et à Jiang Qing (épouse de Mao Zedong) la mise en oeuvre de la Grande révolution culturelle prolétarienne.

25 mai : En Chine, à l'université de Beijing, premier dazibao par un groupe de 7 étudiants en philosophie : c'est la naissance des Gardes rouges.

25-26 Juin : A Paris, rue de Lancry, le IIe congrès de la FCML devient le premier Congrès (dit « Congrès de Lancry ») du Mouvement communiste français marxiste-léniniste (MCF(ml)), qui succède donc à la FCML.

14-15-16 juillet : A Andrésy, dans la région parisienne, première Conférence nationale des cellules marxistes-léninistes clandestines de l'UEC. Il y a soixante délégués autour du noyau des « Ulmards ». Une des questions débattues concerne le ralliement ou non au MCF.

Juillet-août : L'Humanité nouvelle, toujours mensuelle, devient l'« organe central du MCF (ml) » au n°20.

Juillet-octobre: Parution du n°12/13 des Cahiers marxistes-léninistes, consacré à « Art, langue : lutte des classes », avec des contributions de Alain Badiou, Etienne Balibar, Pierre Macherey, etc.

Août : Délégation du MCF(ml) en Chine, avec Régis Bergeron, Raymond Casas, Marc Tibérat, etc.

5 août : Mao Zedong écrit son fameux dazibao Feu sur le quartier général.

8 août : A Beijing, le CC du Parti communiste chinois (11e session plénière) officialise les principes de la Révolution culturelle dans une Déclaration en 16 points.

Octobre : Un groupe de lycéens et d'étudiants marxistes-léninistes de l'UEC lancent un Appel à rejoindre le MCF(ml), reproduit dans L'Humanité nouvelle le 3/11/1966.

6 octobre : L'Humanité nouvelle, le journal du MCF(ml), devient hebdomadaire par son n° 22.

7 octobre : A Paris, meeting des Amitiés franco-chinoises pour célébrer le 17ème anniversaire de la République populaire de Chine, avec Gilbert Mury, Charles Bettelheim, Hélène Marchisio, Siné, Michèle Pignot, etc.

14-15 octobre : En Italie, à Livourne, création du Parti communiste d'Italie (marxiste-léniniste).

Novembre : Gilbert Mury, professeur de l'école centrale du PCF et secrétaire général du Centre d'étude et de recherche marxiste (CERM), est exclu du PCF et rejoint le MCF(ml).

Novembre (début) : La cellule UEC de Nancy, dirigée par les marxistes-léninistes Georges Sturm et Jean Jourdeuil, sort le premier numéro du journal Garde rouge. La direction nationale de l'UEC dissout la cellule.

1er novembre : Raymond Casas, du MCF(ml) est le représentant français au Ve Congrès du Parti du travail en Albanie.

Novembre (fin) : La direction nationale de l'UEC dissout ses secteurs ENS et Droit, ainsi que le cercle philosophie.

Novembre/décembre : Numéro 14 des Cahiers marxistes-léninistes, « La Grande Révolution Culturelle Prolétarienne – I », dont l'introduction est écrite par Althusser.

Décembre : Le bulletin L'Opposition artistique (Suzanne Bernard et Claude Laloum) devient marxiste-léniniste dès son n° 5, adhérant au MCF, puis PCMLF.

6 décembre : Un collectif parisien de militants marxistes-léninistes appelle à un meeting (salle des Horticulteurs) de défense de la Révolution culturelle.

10-11 décembre : A l'ENS de la rue d'Ulm, une centaine de militants exclus de l'UEC décident de fonder l'Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes (UJC(ml)), autour du cercle des « Ulmards » de l'UEC, Robert Linhart, Benny Lévy, Jacques Broyelle, Christian Riss, etc. Le journal Garde rouge, dès le n°2, de décembre 1966, devient le mensuel de l'UJC(ml), alors que les Cahiers marxistes-léninistes deviennent son organe théorique.

Janvier : Parution du n° 1 des cahiers de l'AAFC, Groupe d'étude de la pensée de Mao Tsé-toung, le n° 2 sort en février.

5 janvier : Gilbert Mury donne une interview au Figaro littéraire sur les Gardes rouges et la Révolution culturelle, qui sera condamnée par son organisation, car effectuée sans l'accord du Bureau politique.

7-8 janvier : Au CC de l'UJC(ml), directives aux cellules de former un Front uni anti-impérialiste dans des Comités Vietnam à créer.

Janvier-février : Dans le n°15 des Cahiers marxistes-léninistes, publication des textes du 1er Congrès de l'UJC(ml) ainsi que « La Grande Révolution Culturelle Prolétarienne - II ».

Février : Le MCF annonce la création d'un Centre Information Vietnam dans un Manifeste pour un soutien politique au peuple vietnamien.

9 Février : Naissance et apparition officielle des CVB dans un tract appelant à un rassemblement en faveur du FNL sud-vietnamien à la Sorbonne.

Mars : Premier numéro de Jeune Garde, journal de la cellule lyonnaise Alfred Gadois de l'UJC (ml) : « Sur les ruines de la vieille UEC révisionniste, la cellule Alfred Gadois de l'UJC(ml) se constitue aujourd'hui publiquement ».

10 mars : Première réunion d'organisation des CVB. Ils sont coordonnés par Tiennot Grumbach, Jean-Pierre Le Dantec, Jean-Pierre Olivier de Sardan, Jean-Paul Cruse etc. Les CVB diffusent un journal vietnamien Le Courrier du Vietnam.

Avril : Parution du n° 21 (le dernier) du Bulletin d'information marxiste-léniniste du Centre marxiste-léniniste français de C. Beaulieu.

22-23 avril : Le CC du MCF annonce qu'il devient urgent de créer un parti marxiste-léniniste en France et prend la décision de convoquer un Congrès constitutif d'un tel parti, avant la fin de l'année 1967.

29 avril : 1ere Assemblée d'organisation des CVB.

Mai : Dans son n° 6, Garde rouge (UJC(ml)) publie un texte théorique intitulé : « Edifions en France un Parti communiste de l'époque de la Révolution culturelle », totalement opposé aux analyses du MCF(ml). Dans ce même numéro, Jean Baby approuve les positions de l'UJC(ml).

5 mai : A Paris, à la Mutualité, meeting du MCF(ml) en solidarité avec le peuple vietnamien. Jacques Jurquet, Gilbert Mury, Régis Bergeron, Raymond Ribert prennent la parole. Le PCF intervient violemment pour l'empêcher.

Mai-juin : Parution du n° 1 de l'organe des CVB, Victoire pour le Vietnam. Le dernier numéro (n° 6) sort en mars 1968.

Juin : Parution du n° 1 de Tribune rouge, qui succède au Bulletin d'information marxiste-léniniste. Le dernier numéro (n° 5-6) sort en janvier-février 1968.

Juin : Dans son n° 6-7, le bulletin marxiste-léniniste L'Opposition artistique publie un texte « Du révisionnisme en terme de culture ».

26 juin : Devant le Comité central du MCF(ml), Gilbert Mury présente son rapport « Arborer le drapeau rouge pour lutter contre le drapeau rouge – Qu'est-ce que l'Union des Jeunesses communistes ? », qui répond à l'article de l'UJC(ml) dans Garde rouge.

Juillet : Sortie de Garde rouge, n°7, avec 4 pages consacrées à la presse et à la propagande : « Construisons une presse communiste au service du peuple ».

Juillet-août : Une importante délégation (environ 50 personnes) de l'Association des amitiés franco-chinoises (AAFC) est invitée en Chine, sous la conduite de Pierre Blanchet, Claire Blanchet et Pierre Rigoulot, militants du MCF(ml).

1er juillet : Parution du premier numéro de Servir le peuple, bimensuel de l'UJC(ml).

14-15-16 juillet : Seconde conférence nationale de l'UJC(ml), où Benny Lévy lance le principe des « enquêtes » au sein du peuple.

15 juillet : Le CC du MCF met fin aux relations entre lui et le Bureau politique de l'UJC(ml).

Août : Une délégation de l'UJC(ml) comprenant Robert Linhart, Jacques Broyelle, Jean-Pierre Le Dantec, Christian Riss et Georges Sturm (militant de Nancy du journal Garde rouge) se rend en Chine, à l'invitation du PCC. Elle y croise la délégation des AAFC.

8-15 août : Une délégation du MCF(ml) conduite par Jacques Jurquet, Raymond Casas, Gilbert Mury et Claude Combe se rend en Albanie, puis J. Jurquet, R. Casas, avec Régis Bergeron et Alain Castan se rendent en Chine.

30 août : Sortie en salles du film de Jean-Luc Godard, La Chinoise, 95 min., 35 mm, couleurs, avec Jean-Pierre Léaud, Anne Wiazemsky, Juliet Berto, Omar Diop (qui mourra en prison au Sénégal après avoir été membre d'une organisation marxiste-léniniste sénégalaise) et Francis Jeanson. La chanson Mao-Mao, écrite par Gérard Guégan, est interprétée par Claudes Channes. Avant le film, Jean-Luc Godard a rencontré des « Ulmards ».

Septembre : Réunion de l'UJC(ml) à l'ENS où Robert Linhart et Jacques Broyelle impulsent le mouvement d'établissement des militants en milieu ouvrier et paysan.

7 septembre : L'Humanité nouvelle (n°65) considère le film La Chinoise comme « une provocation de type fasciste ».

Septembre-octobre : Au MCF(ml), exclusions dans quelques cellules de membres qualifiés d' « intellectuels petits-bourgeois ».

Novembre : Dernier numéro (n° 8) du journal de l'UJC(ml) Garde rouge.

Décembre : Le bulletin du PCMLF, L'Opposition artistique, sort le n° 1 d'une « nouvelle série ».

20 décembre : A Paris, un meeting des CVB à la Mutualité, pour fêter le 7e anniversaire du FNL du Sud Vietnam, réunit 3500 personnes.

28 décembre : Publication en français des Citations du président Mao Tsé-toung, dit Le Petit livre rouge.

30-31 décembre: A Puyricard (Bouches-du-Rhône), Congrès constitutif du PCMLF par 104 délégués du MCF(ml).

4 janvier : L'Humanité nouvelle devient « organe central du PCMLF » au n°83.

14 janvier: Le Parti communiste chinois reconnaît la légitimité du PCMLF.

Février-mars : Servir le peuple, de l'UJC(ml), publie dans ses n°15 à 18 des extraits de la revue La Chine en construction, dont un des rédacteurs est le maoïste américain Israël Epstein, installé en Chine depuis de nombreuses années.

7 février : A Paris, manifestation des CVB et affrontement de son Groupe de protection et d'autodéfense (GPA) avec la police qui protège un meeting d'Occident.

19-21 février : Journées de soutien au peuple vietnamien, organisées par l'UNEF, la JCR, le CVN et les CVB.

21 février : Manifestation des CVB devant l'ambassade du Sud Vietnam, sur laquelle un drapeau du FNL est hissé.

Mars : L'UJC(ml) organise un stage sur la Mouvement de soutien aux luttes du peuple (MSLP).

12 mars : L'Humanité nouvelle devient hebdomadaire (n°93).

30-31 mars : A Paris, premier Congrès des CVB, qui annonce, après un an et demi de travail politique, l'existence de 120 CVB à Paris et région parisienne, et de 150 en province.

31 mars-3 avril : Dans une série de trois article de Michel Legris, Le Monde se demande : « Qui sont les « pro-chinois » en France ? ».

Avril : Les militants lyonnais de l'UJC(ml) critiquent la direction de leur organisation et prônent un rapprochement avec le PCMLF.

25 avril : L'Humanité nouvelle, n°99, publie un texte de Gaston Monmousseau (1883-1960), ancien dirigeant historique de la CGT et du PCF, « Critique et autocritique », de 1949. Ce texte sera repris en brochure par L'Humanité rouge.

28 avril : A Paris, un groupe de l'UJC(ml) détruit une exposition de l'extrême droite favorable au Sud-Vietnam.

Mai : Parution du n°1 de Cahier rouge, revue théorique et politique du PCMLF. A partir du 2ème numéro, jusqu'au n°13 (janvier 1978), cette revue est éditée clandestinement.

1er  mai : Numéro 1 de La Cause du peuple, journal du Mouvement de soutien aux luttes du peuples, créé par l'UJC(ml) et dirigé par Roland Castro.

9 mai : Le Bureau politique de l'UJC(ml) condamne les affrontements du Quartier latin et les catégorise comme le « plus grand mouvement anticommuniste depuis 1956 ».

11 mai : Robert Linhart, un des dirigeants de l'UJC(ml), est hospitalisé en cure de sommeil suite à une dépression.

16 mai : La direction de l'UJC(ml), en crise ouverte, change de stratégie vis-à-vis de la contestation estudiantine et appelle à une marche sur Renault-Billancourt, avec une immense banderole proclamant « Les ouvriers prendront, des mains fragiles des étudiants, le drapeau de la lutte contre le régime anti-populaire ».

22 mai : Dernier numéro de Servir le peuple de l'UJC(ml) au bout de 22 numéros.

Juin : Le PCMLF sort l'unique numéro d'une revue théorique et politique, Cahier rouge.

7-10 juin : A Renault-Flins (occupée par les CRS), manifestations de militants de l'UJC(ml) et du Mouvement du 22 mars en soutien aux grévistes, et violents affrontements avec les Gardes mobiles et les CRS : un lycéen de l'UJC(ml), Gilles Tautin, meurt noyé.

12 juin : L'Etat dissout toutes les organisations d'extrême gauche, dont l'UJC(ml) et le PCMLF.

Mi-juillet : Sortie d'un « journal marxiste-léniniste pour la création d'un nouveau parti communiste », Le Drapeau rouge (1 seul numéro), qui critique l'UJC(ml).

19 septembre : Parution à Marseille du premier numéro du premier périodique du PCMLF, La Provence rouge, hebdomadaire « au service des luttes ouvrières et paysannes », qui est publié jusqu'au 24 avril 1969 (32 numéros).

30 septembre : Implosion de l'UJC(ml) lors d'une réunion houleuse des dirigeants et principaux militants, à l'ENS de la rue d'Ulm. Selon la terminologie alors en vigueur, opposition entre la majorité, les « liquidateurs » (« liquidos »), autour des groupes lyonnais (« Feu sur la ligne réactionnaire bourgeoise ») et toulousains, et la minorité, les « révisionnistes » (« révisos ») soudée autour de Benny Lévy et Robert Linhart.

Septembre-octobre : A Nanterre, fondation par des militants (UJC(ml), CVB etc.) autour de Roland Castro, Jean-Paul Dollé, Daniel Cuckerman, Gérard Dahan, etc. de Vive le communisme, qui publie un journal du même nom.

Octobre : Création de la Gauche prolétarienne (GP), dans l'appartement de la famille Rolin, par la minorité de militants de l'ex-UJC(ml), autour du noyau des anciens « Ulmards », ainsi que Jean-Paul Cruse, Maurice Brover ou Jean-Claude Zancarini. Les majoritaires rejoignent, en grande partie, le PCMLF, et d'autres fondent Ligne rouge.

27 octobre : La librairie maoïste Gît-le-Coeur est plastiquée. Les soupçons se portent sur le groupe d'extrême-droite Occident.

1er novembre : La GP lance une nouvelle mouture de La Cause du Peuple, dirigée par Jean-Pierre Le Dantec et animée par Guy Lardreau, Gilles Susong principalement.

Décembre : Arrestation de Régis Bergeron, du PCMLF. Relaché au bout de deux jours.

Le peintre Cueco, de la Coopérative des Malassis, réalise une huile sur toile intitulée Marx, Freud, Mao (200 x 130).

Janvier : Assemblée nationale ouvrière, réunissant les établis, par la GP. Abandon de la ligne de construction d'une « CGT de lutte de classe ».

Janvier : VIe Congrès du PSU. Le texte de la tendance maoïste (A. Badiou, E. Terray, D. Menetrey, H. Jancovici) recueille 37 voix sur 157.

13 janvier : Ouverture de l'université de Vincennes, qui devient rapidement un point de fixation de militants maoïstes, tant enseignants qu'étudiants. Michel Foucault, à la tête du département de philosophie, recrute des enseignants structuralo-maoïstes, à savoir Judith Miller, Alain Badiou, Jacques Rancière, etc. Dans le département de psychanalyse, l'école freudienne domine, avec Jacques-Alain Miller, lacanien reconnu.

20 Janvier : Parution du numéro 1 de la revue Cinéthique par un collectif autour de Marcel Hanoun (qui le quitte très tôt), Jean-Paul Fargier et Gérard Leblanc (directeur de la publication). Collectif théorique marxiste-léniniste qui a pour objectif de proposer une conception matérialiste du cinéma. En 1971, la revue tire à 5 000 exemplaires. Le 37e et dernier numéro paraît en 1985.

23 janvier : Des étudiants et enseignants occupent Vincennes, par solidarité avec les lycéens et étudiants qui viennent d'occuper la Sorbonne. Les CRS interviennent violemment. Michel Foucault est arrêté.

Février : Le PCMLF discute du ralliement de militants issus de l'ex-UJC(ml), par une circulaire intérieure.

Février : Parution du premier numéro du mensuel Ligne rouge, « journal communiste marxiste-léniniste » de l'organisation du même nom. Elle comprend des dissidents du PCMLF, des militants du « groupe de Toulouse » de l'ex-UJC(ml) et d'ex-MCF (ml) [groupe Drapeau rouge] partis fin 1967. Considéré comme « dogmatique », Ligne rouge dénonce l'« opportunisme de droite » du PCMLF.

10 février : La GP est à l'origine de la fondation des premiers Comités Palestine, dont l'activité reste toutefois embryonnaire.

20 février : Parution du premier numéro de L'Humanité rouge, hebdomadaire légal du PCMLF, ainsi que du n°2 de Cinéthique.

Mars : Parution du volume 1 des Ecrits choisis en trois volumes de Mao Zedong, chez François Maspero (Petite collection Maspero).

Mars : Parution du premier numéro de Lutte palestinienne, « journal de soutien à la lutte du peuple palestinien », par des étudiants arabes marxistes-léninistes. Ce bimensuel, qui soutient le FPDLP [scission du FPLP de G. Habache en février 1969] a pour directrice-gérante C.Krouch.

Mars-avril : Jean-Luc Godard tourne Pravda en Tchécoslovaquie.

1-24 avril : En Chine, IXe Congrès du Parti communiste chinois, qui nomme Lin Piao comme successeur de Mao Zedong.

Avril : Parution du numéro 1 des Cahiers de la Gauche prolétarienne, qui avance la formule « De la révolte anti-autoritaire à la révolution prolétarienne ».

Mai : Début (fin en janvier 1971) des exposés de Philippe Sollers sur le matérialisme au Groupe d'études théoriques de Tel Quel.

2 mai : Au Lycée Louis-le-Grand, des maoïstes autour de Antoine de Gaudemar repoussent un « commando » d'Occident. Un lycéen est blessé et sera amputé de la main.

29 mai : Le dirigeant du PCMLF Raymond Casas est gravement blessé par un militant du PCF.

Mai-juin : Naissance formelle du Groupe Dziga Vertov, autour de Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin, qui tourne Vent d'Est en Italie.

17 juin : Pour l'anniversaire de la mort de Gilles Tautin, plus d'une centaine de militants de la GP, conduits par Olivier Rolin, entrent en force dans l'usine Renault de Flins, et s'affrontent violemment avec la maîtrise. La police arrête Judith Miller, Nicole Linhart, Kostas Mavrakis et Roland Geggenbach, qui seront ensuite relâchés.

31 juillet : A l'usine Coder de Marseille, affrontements entre la GP, des vigiles et des contremaîtres, dont l'un est blessé.

Juillet-août : Transformation du groupe Vive le communisme, que Tiennot Grumbach a rejoint, en Vive la Révolution ! (VLR !). Au printemps 1970, des militants issus de la tendance 3 (T3) de la Ligue communiste (LC) autour de Guy Hocquenghem rejoignent le groupe.

Août : Sur invitation du représentant à Paris de l'OLP, Mahmoud Hamchari, des représentants de la GP, dont Alain Geismar et l'épouse de Benny Lévy, se rendent au camp palestinien de Karameh, en Jordanie.

14 septembre : Sur le marché d'Argenteuil (région parisienne), affrontement violent entre la GP, conduite par Jean-Pierre Le Dantec et Olivier Rolin, et les militants du PCF.

26 septembre : Des militants de la GP, conduits par Olivier Rolin, incendient le siège de la banque Rothschild, et ensuite attaquent les locaux du quotidien L'Aurore.

Octobre : A Pékin, Christian Jambet, membre du CE, représente la GP aux cérémonies du XXe anniversaire de la République populaire de Chine. Il participe à un gigantesque rassemblement place Tien An Men avec Mao Zedong.

Octobre : Aux Cahiers du cinéma, un texte de Jean-Louis Comolli et Jean Narboni, « Cinéma/Idéologie/Critique » provoque la rupture avec la direction de la revue. Le texte s'articule autour d'une conception matérialiste de la forme et des signes et d'un cinéma reconnu comme appareil idéologique d'Etat.

1er octobre : Le PCMLF lance le 1er numéro d'un mensuel, Front uni, « au service des luttes des ouvriers, paysans et intellectuels ».

13 novembre : Le groupe VLR ! attaque l'ambassade du Tchad, en soutien au Front de libération national tchadien.

15 novembre : Le Centre information Vietnam (PCMLF) organise une manifestation surprise dans le quartier de Barbès-Rochechouart, à Paris.

15 novembre : Parution du n°1 de Vive la révolution ! « journal marxiste-léniniste maoïste », du groupe éponyme.

19 novembre : A Marseille, une cinquantaine de militants de la GP attaquent un commissariat vers la porte d'Aix, et incendient des fourgons de police.

Décembre : Parution du 1er numéro de L'Idiot international dirigé par Jean-Edern Hallier.

Décembre : Une délégation du PCMLF conduite par Jacques Jurquet se rend en Chine.

Décembre : Ligne rouge publie, en supplément au n°8 de son journal, Staline contre le révisionnisme. La conférence de formation du Kominform, un « fascicule d'éducation politique marxiste-léniniste-maoïste », n°1 d'une série sur l'histoire du mouvement ouvrier et communiste.

31 décembre : Le Congo-Brazzaville devient une République populaire marxiste-léniniste, sous la direction de Marien Ngouabi, dirigeant du Parti congolais du travail.

28 décembre : A Lyon, le directeur de La Voix prolétarienne (Alain Belleville) est condamné (2 mois avec sursis) pour rébellion à agents lors d'une interpellation le 11 décembre 1969.

10 janvier : A Paris, occupation du siège du CNPF (organisation du patronat) par des militants de VLR ! et des intellectuels dont Marguerite Duras, Pierre Vidal-Naquet, Jean Genet, etc. pour dénoncer la mort de cinq ouvriers africains dans leur foyer d'hébergement.

15 janvier : Le ministre de l'Education nationale Olivier Guichard dénonce le caractère « marxiste-léniniste » de l'enseignement du département de philosophie de l'université de Vincennes.

17 janvier : Des vendeurs de La Cause du peuple, dont Jean-Noël Darde, Serge July et Charles de Choiseul-Praslin, sont appréhendés violemment par la police. Ils sont condamnés à de la prison avec sursis le 23 janvier 1970.

23 janvier : Un groupe de la GP, sous la direction d'Olivier Rolin et Alain Geismar, attaque le commissariat de Mantes-la-Jolie.

23 janvier : A Paris, occupation des locaux d'un centre d'éducation active de l'Education surveillée par 150 manifestants, qui sont interpellés par la police. Parmi eux, des enseignants de Vincennes, dont Alain Badiou, Sylvain Lazarus, Guy Hocquenghem, etc.

23 janvier : Des vendeurs de La Cause du peuple sont condamnés à des peines de prison avec sursis : Jean-Noël Darde, Serge July, Charles de Choiseul-Praslin, Julien Pépin et Marcel Petitot.

Février : Scission au sein du PCMLF. Raymond Casas et ses partisans (Michelle Pignot, Gilbert Mury, etc.) du Bureau politique majoritaire élu à Puyricard sont exclus, et fondent le groupe et le journal Le Travailleur dit PCMLF-Le Travailleur.

Février : Sortie du n°1 de la revue Que faire ? du Centre d'études et d'initiative révolutionnaire, créé par des membres du PSU. Les marxistes-léninistes Gilbert Mury et Emmanuel Terray y participent.

4 février : A Paris, début de la campagne de la GP pour le métro gratuit, et affrontements avec des agents de la RATP, à la station Billancourt.

5 février : A Dunkerque, aux chantiers navals, sabotages de 2 grues revendiqué par la GP par un tract signé « Les nouveaux partisans ».

11 février : Sortie en salles du film Le Peuple et ses fusils, de Joris Ivens, Marceline Loridan, Emmanuelle Castro etc., sur les combats du Pathet Lao au Laos.

13 février : A Grenoble, la GP manifeste au foyer de travailleurs immigrés de Seyssinet.

14 février : A Nice, violents incidents à la faculté des lettres. Un des dirigeants de la GP, Alain Raybaud, est écroué.

16-17 février : A Hénin-Liétard (Pas-de-Calais), la GP attaque aux cocktails Molotov le siège de la direction des Houillères. Six militants sont arrêtés, dont Jean Schiavo, Bernard Vittori, etc.

20 février : A Paris, des maoïstes attaquent deux bureaux du Service d'aide technique aux travailleurs étrangers.

20-21 février : Cinq militants du PCMLF arrêtés à Nantes (Alain Filou), au Mans (Patrick Bernier, André Marie) et à Lyon (Bernard Rey, Jean Thiriot) en possession de L'Humanité nouvelle et inculpés pour reconstitution de ligue dissoute.

23 février : Procès de Roland Castro, de VLR !, pour l'occupation du siège du CNPF le 10 janvier. Jean-Paul Sartre, Michel Leiris, Maurice Clavel et Jean Genet témoignent en sa faveur.

23 février : A Grenoble, la GP attaque le siège des entrepreneurs de l'Isère.

27 février : A Nanterre, devant les usines Citroën, deux militants de la Base ouvrière de VLR !, Jean-Pierre Lecardonnel et Claude Larbi sont arrêtés pour distribution de tracts et rébellion à agents. Ils sont condamnés le 7 mars 1970 à de la prison.

2 mars: Le tribunal condamne Roland Castro, pour l'occupation du siège du CNPF, à 1 mois de prison avec sursis.

5 mars : A Nancy, des militants maoïstes manifestent dans un foyer d'immigrés nord-africains. Heurts avec la police. Ils récidivent le 12 mars 1970, en distribuant des tracts en arabe.

6 mars : A Meulan, des militants de VLR !, dont Nadja Ringart, Marc Hatzfeld, Anne Dollé, Tiennot Grumbach, attaquent le bureau de la main d'oeuvre de la mairie pour dénoncer un trafic de travailleurs immigrés.

6 mars : A Corbeil-Essonnes, incendie des Grands Moulins par la GP : le sigle NRP (Nouvelle résistance populaire) est retrouvé sur les murs.

8 mars : A Besançon, la GP investit un foyer de travailleurs arabes.

12 mars : A Nice, deux dirigeants de la GP, Alain Raybaud et Patrick Raynal [futur directeur de la Série noire] sont poursuivis pour destruction de véhicules, suite à des affrontements avec des étudiants d'extrême-droite.

16 mars : Dans un entretien publié dans L'Express, extrait d'un livre de Michèle Manceaux, Judith Miller (fille de Jacques Lacan et épouse de Jacques-Alain Miller), militante en vue de la GP et assistante en philosophie à Vincennes, déclare qu'elle veut détruire l'université, qui n'est qu'« un appareil d'Etat ».

17 mars : Nadja Ringart, militante de VLR !, est arrêtée et écrouée pour le raid sur la mairie de Meulan. Elle sera mise en liberté provisoire le 12 juin 1970.

17 mars : A Pontoise, procès de 3 membres de la GP, Jean-Noël Darde, Jean Stefanaggi et Gilles Susong pour diffamation envers la mairie PCF d'Argenteuil.

22 mars : A Paris, Jean-Pierre Le Dantec, directeur de La Cause du peuple est arrêté et inculpé de provocation au crime, d'apologie de vol, de pillage, d'incendie et de meurtre, et le n°18 de La Cause du peuple est saisi.

25 mars : Alain Badiou, maître-assistant en philosophie, un des dirigeants d'une tendance maoïste du PSU, annonce qu'il démissionne de ce parti. Il envisage la création d'une organisation marxiste-léniniste.

3 avril : Le Ministère de l'Education nationale renvoie Judith Miller de Vincennes et la réaffecte dans le secondaire.

11 avril : Dans Le Monde, article de Serge July, « Pour la cause du peuple », en « Libres opinions ».

Mi-avril : Rencontre entre Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Alain Geismar, Pierre Victor et Serge July à propos de la direction de La Cause du peuple.

21 avril : Pour protester contre la répression, entre autres contre l'exclusion de Judith Miller, l'université de Vincennes est occupée puis évacuée par la police.

24 avril : La Cour de sûreté de l'Etat condamne Bernard Rey et Jean Thiriot, du PCMLF, arrêtés à Lyon en février, à un an de prison avec sursis, pour reconstitution de mouvement dissous.

26 avril : A Paris, attaque d'un groupe de militants contre l'imprimerie du Parisien libéré et de La Nation, 7 maoïstes sont arrêtés, dont Mme Olivier de Sardan, Joëlle Coignard, Sylvie Borel, etc.

29 avril : A Besançon, Pierre Vidal-Naquet*, un des leaders de la GP en Franche-Comté, est condamné à de la prison ferme pour avoir organisé une manifestation violente contre le film Les Bérets verts, le 4 novembre 1969, à Besançon. [*un homonyme de l'historien]

30 avril : Michel Le Bris, nouveau directeur de La Cause du peuple, est arrêté.

1er mai : Jean-Paul Sartre annonce dans le n°20 de La Cause du peuple qu’il en prend la co-direction avec une de ses amies, Liliane Siegel.

1er mai : Manifestation clandestine du PCMLF à Paris.

6 Mai : Pour l'attaque des locaux de l'Education surveillée à Paris le 23 janvier 1970, 5 militants, dont Alain Badiou et Guy Hocquenghem, sont condamnés à des peines de prison avec sursis. En appel (27 juin 1970), les peines sont réduites.

6 mai : Pour l'attaque contre l'imprimerie du Parisien libéré et de La Nation, 7 militants « maoïstes » sont condamnés à des peines de prison ferme de 4 à 8 mois. En appel (13 juin 1970), les peines sont réduites au sursis.

8 mai : A Paris, un groupe de la GP (Antoine de Gaudemar, Gérard Miller, Jean-Claude Zancarini, etc.) pille l'épicerie de luxe Fauchon et en distribue les produits dans le bidonville de Nanterre le lendemain. Une militante, Frédérique Delange, est arrêtée.

9 mai : Manifestation clandestine du PCMLF à Paris en soutien au FNL sud-vietnamien.

11 mai : A Grenoble, un dirigeant de la GP, Michel Bernardy de Sigoyer, est arrêté et inculpé.

18 mai : Le Nouvel Observateur, sous le titre « Jean-Paul Sartre fait parler les « casseurs » », donne la parole à des cadres de la GP, dont Alain Geismar et Serge July.

19 mai : Frédérique Delange est condamnée à 13 mois de prison ferme pour le pillage de Fauchon, devant la 24e Chambre correctionnelle. La cour d'appel lui accorde le sursis le 13 juin 1970, et elle est libérée.

25 mai : A Paris, meeting unitaire de l'extrême gauche (excepté l'AJS) pour réclamer la libération de Le Dantec et Le Bris.

27 mai : A Paris, procès des directeurs de La Cause du peuple, Jean-Pierre Le Dantec et Michel Le Bris, incidents violents au Quartier latin (400 arrestations). L'Etat, par la voix de Raymond Marcellin, ministre de l'Intérieur, dissout la GP et demande la saisie des n°15 à 19 de La Cause du peuple.

28 mai : La direction de la GP décide de créer une organisation clandestine d'action, la Nouvelle résistance populaire (NRP), dirigée par Olivier Rolin.

30 mai : Un militant de VLR !, Jacques Hatzfeld, inculpé et écroué pour l'attaque de la mairie de Meulan le 6 mars 1970.

Juin : Publication de l'article de Louis Althusser « Idéologie et appareils idéologiques d'Etat » dans La Pensée (n°151), revue du PCF.

Juin : Le PCMLF décide la création d'un Comité exécutif central, composé de 5 membres.

Juin : Parution du 1er numéro de Paysans en lutte, organe du Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC), proche des thèses maoïstes. Le dernier n° sort en juin 1974.

Juin : Le groupe VLR ! organise à Paris un concert de free-jazz avec Archie Shepp.

Juin : Au PSU, Emmanuel Terray et Pierre Bauby créent une tendance maoïste, la Gauche révolutionnaire (GR).

2 juin : A Sochaux, devant les usines Peugeot, la police arrête et inculpe quatre militants maoïstes dont l'établi Alain Voloch et Serge Kuenzi.

3 juin : A Grenoble, la police investit le campus pour appréhender deux dirigeants de la GP, Claire et Pierre Blanchet. Lors des affrontements, ces deux militants prennent la fuite.

5 juin : Jean-Paul Sartre annonce la création d'une Association des amis de La Cause du peuple, dirigée par Simone de Beauvoir et Michel Leiris, qui se déclare prête à aller vendre ce journal sur la voie publique.

11 juin : Appel pour la création du Secours rouge, organisation de défense de militants menacés par la loi « anti-casseurs » du 30 avril 1970 (définitivement votée le 4 juin 1970) par 17 personnalités dont des anciens dirigeants de la résistance communiste (Charles Tillon et Roger Pannequin) et des anticolonialistes.

16 juin : En Sorbonne, la maoïste Michelle Loi soutient sa thèse de lettres sur Les poètes « occidentalistes » chinois (1919-1949), devant un jury composé entre autres de Jean Chesneaux et René Etiemble.

17 juin : A Grenoble, condamnation de huit militants de la GP (pour l'affaire du foyer de travailleurs immigrés en avril 1970) à de la prison, dont deux par défaut, Pierre Blanchet et Claire Blanchet.

19 juin : En conférence de presse, Jean-Paul Sartre lit un texte présentant le Secours rouge, auquel la majorité des organisations d'extrême gauche se sont ralliées, sauf LO, l'AJS, le PCMLF (mais Ligne rouge et Voix prolétarienne oui) et les anarchistes.

19 juin : A Grenoble, nouvelle arrestation d'un des leaders local de la GP, Michel de Bernardy de Sigoyer, accusé de destruction de drapeaux tricolores.

20 juin : A Paris, au Quartier latin, de nombreux intellectuels, dont Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, distribuent des numéros interdits de La Cause du peuple. Sartre est interpellé et écroué brièvement.

25 juin : A Paris, arrestation d'Alain Geismar, dirigeant de la GP.

27 juin : A Paris, dix-sept intellectuels, dont Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Patrice Chéreau, Louis Malle, Samy Frei distribuent de nouveau La Cause du Peuple, avec une cinquantaine de militants de la GP.

13-14 juillet : Des jeunes et des « maoïstes » attaquent le commissariat de police de Saint-Etienne-du-Rouvray (76). Quatorze personnes sont écrouées. Le Secours rouge demande leur libération.

27 juillet : Gilbert Castro, trésorier de la GP, est inculpé et écroué pour tentative de réimprimer les Cahiers de la gauche prolétarienne. Il sera libéré le 18 septembre 1970.

Septembre : A Bordeaux, des militants de la LC et du PSU, par solidarité, vendent des exemplaires de La Cause du peuple et de L'Idiot international. Dans d'autres villes (Le Havre, etc.), des actions du même type ont lieu à cette époque.

1er-25 septembre : Première grève de la faim d'une trentaine de détenus maoïstes pour l'obtention du « régime spécial ».

14 septembre : Simone de Beauvoir devient directrice de L’Idiot international.

Mi-septembre : En Jordanie, le roi Hussein envoie l'armée et les bédouins éliminer les combattants palestiniens : c'est le « Septembre noir ».

Mi-septembre : Création, par des militants issus pour partie de la mouvance de la GP, des Comités de soutien à la révolution palestinienne (CSRP), sur le modèle des CVB.

21 septembre : Premier numéro de Tout !, journal quinzomadaire de VLR ! Jean-Paul Sartre en est le directeur de publication.

21 septembre : Meeting de soutien à la résistance palestinienne à Paris (Mutualité) organisé par le PSU, l'UNEF, les groupes trotskystes et marxistes-léninistes.

24 septembre : Lors du concert des Rolling Stones au Palais des Sports (Paris), Serge July fait acclamer le combat des détenus maoïstes grévistes de la faim.

30 septembre : Inculpation pour coups et blessures du cinéaste « établi » Jacques Kébadian, ancien assistant de Robert Bresson et de Jean-Luc Godard, et initiateur des Etats généraux du cinéma en Mai 68.

Octobre : Au sein du PCMLF, nouvelle scission. Le Comité exécutif central, constitué d'ex-UJC(ml), comme Max Cluzot, se proclame « direction légitime » du PCMLF et décide de lancer un journal, Front rouge.

Octobre : La majeure partie de la rédaction des Cahiers du cinéma, avec Jean-Louis Comolli et Jean Narboni, adopte une vision marxiste-léniniste et cherche à se rapprocher de Tel Quel, de Cinéthique et du Groupe Dziga Vertov.

Octobre : Création de Rennes révolutionnaire, par des étudiants exclus du PCMLF.

1er octobre : Cinq militants de la GP, dont Serge Minoc, Annie Gouey, Jean-Noël Darde et Emmanuel Bernard sont condamnés par la Cour de sûreté de l'Etat pour reconstitution de mouvement dissous, les trois premiers à 6 mois de prison ferme. Le jugement sera cassé et rejoué, en 1972, les peines déjà accomplies, pour E. Bernard et J.-N. Darde : 18 mois avec sursis.

2 octobre : Trois inculpations (diffamation et injures envers la police) notifiés à Max Durand, directeur de publication de L'Humanité rouge.

5-6-7 octobre : Devant la Cour de sûreté de l'Etat, condamnation à de la prison ferme pour 5 militants de l'ex-GP, dont Jean-Pierre Liban, écroué depuis le 10 juin, mais en liberté provisoire depuis le 11 septembre.

13 octobre : Inculpation de Jean Edern Hallier, Dominique Grange et Gilbert Mury pour des articles dans L'Idiot international. Le groupe marxiste-léniniste de Nanterre, animé par G. Mury, dénonce ces inculpations.

15 octobre : Parution du 1er numéro de Fedaï, journal des Comités de soutien à la révolution palestinienne (CSRP). Le n° 2 sort le 5 novembre 1970.

20 octobre : A Paris, procès d'Alain Geismar devant la 17e chambre correctionnelle. Le tribunal le condamne à 18 mois de prison ferme.

21 octobre : A Renault-Billancourt, devant l’usine, Jean-Paul Sartre, monté sur un tonneau, dénonce le procès du leader de la GP, Alain Geismar.

28 octobre : A Montbéliard, arrestation de 4 militants de la GP qui s'apprêtaient à commettre un attentat à l'explosif contre les garages Peugeot.

Novembre : Parution chez François Maspero du livre de Jean Daubier, Histoire de la révolution culturelle prolétarienne en Chine.

1er novembre : Un n° 0 de J'accuse paraît, titré « Le Temps des procès ».

4 novembre : Sortie en salles du film de Marin Karmitz (GP), Camarades, scénario de M. Karmitz, Jean-Paul Gicquel et Lia Wajnpal, avec Juliet Berto, Dominique Labourier et Yan Gicquel. Le film est le récit de la découverte d'une conscience de classe chez un ouvrier à la chaine, à travers le combat de Comités de base.

10 novembre : Sortie des Minutes du procès d'Alain Geismar, préface de Jean-Paul Sartre, aux éditions Hallier/L'Idiot international.

17-18 novembre : La Cour de sureté de l'Etat juge Marc Hatzfeld, Nadia Ringart et Henri Duquenne pour l'attaque de la mairie de Meulan en mars 1970. Ils sont condamnés à des peines avec sursis.

24 novembre : Second procès de Alain Geismar devant la Cour de sûreté de l'Etat pour reconstitution d'organisation dissoute. Il est condamné à 2 ans de prison ferme.

26 novembre : A Paris, en représailles à la condamnation de Alain Geismar, enlèvement par la NRP du député gaulliste Alain de Grailly, impliqué dans le scandale immobilier des abattoirs de la Villette. Il est rapidement libéré.

26 novembre : A Toulouse, violents incidents entre manifestants maoïstes, étudiants d'extrême droite et policiers sur le campus de l'Arsenal. 13 manifestants inculpés.

11 décembre : Le tribunal de Montbéliard condamne les maoïstes auteurs de « l'attentat manqué » contre les garages Peugeot à 6 mois (Jean-Claude Roumestan, Dominique Fourré, Denis Mercier) et 4 mois de prison (Jean-Pierre Ferrand). Ils seront libérés en janvier 1971.

12 décembre : A Lens, un « tribunal populaire » est organisé par la GP et le Secours rouge pour « juger » les responsables des Houillères, suite à un accident minier (16 mineurs tués le 14 février 1970). Jean-Paul Sartre en est le « procureur », et Eugénie Camphin, communiste historique (adhéra au PCF vers 1920, hébergea J. Duclos à l'été 1940, membre du CC) ralliée à la GP, fait partie du « jury ».

14-17 décembre : A Paris, la Cour de sûreté de l’Etat juge les inculpés de l’affaire d’Hénin-Liétard, soit Jean Schiavo, Bernard Vittori, Dominique Lecaze, Dominique Le Tocard, Pierrette Joyaud. Ils sont acquittés, sauf Bernard Liscia, un des dirigeants de la GP, en fuite, qui est condamné à 5 ans de prison.

21 décembre : Jean-Louis Comolli, Jean Narboni (Les Cahiers du cinéma), Gérard Leblanc, Jean-Paul Fargier (Cinéthique), Philippe Sollers et Marcelin Pleynet (Tel Quel) signent un manifeste commun en faveur d'un Front culturel anti-révisionniste.

23 décembre : Libération de Jean-Pierre Le Dantec.

Le peintre Bernard Rancillac, maoïste, réalise un diptyque, acrylique sur toile, Le Détachement féminin rouge (240 x 390 cm).

Janvier : Début d'une seconde grève de la faim des détenus maoïstes pour réclamer le régime spécial.

Janvier : Parution du n°1 des Cahiers prolétariens de la GP, qui annonce les grands axes d'une « guérilla non-armée » contre l'Etat.

8 janvier : Dans La Cause du peuple n°33, un article évoque « Les Groupes ouvriers anti-flics à l'action » à Renault-Billancourt.

15 janvier : Parution du 1er numéro de J’Accuse, mensuel créé par la GP pour élargir l'audience avec les intellectuels dits « démocrates ». Dirigé officiellement par Liliane Siegel (amie de Jean-Paul Sartre), les responsables en sont Robert Linhart, Christian Jambet et André Glucksman. Des intellectuels comme Jean-Luc Godard, Simone de Beauvoir, le peintre Gérard Fromanger participent à la rédaction. Il n’y aura que 5 numéros.

22 janvier : Par solidarité avec les prisonniers maoïstes, des militants du Secours rouge entament une grève de la faim à la chapelle Saint-Bernard (Paris).

26 janvier : A Paris, Simone de Beauvoir et Michel Leiris président (sous un immense portrait de Mao Zedong) un meeting de soutien aux détenus maoïstes en grève de la faim depuis le début du mois.

27 janvier : Dans le cadre d'une séance du Groupe d'études théoriques de Tel Quel, Philippe Sollers commente De la contradiction de Mao Tsé-toung, et se rallie ainsi publiquement au marxisme-léninisme.

5 février : Violents affrontements entre des militants de Front rouge et la police à Creusot-Loire (Firminy).

8 février : Fin de la grève de la faim des détenus maoïstes, suite à une décision d'amélioration des conditions de détention.

8 février : Michel Foucault annonce la création du Groupe d'information sur les prisons (GIP), avec Pierre Vidal-Naquet et Jean-Marie Domenach, lors d'une conférence de presse du Secours rouge.

9 février : A Paris, lors d'une manifestation (interdite) du Secours rouge, Richard Deshayes, militant de VLR !, établi et dirigeant du FLJ, est blessé au visage (il perdra un œil) par une grenade tirée à bout portant. Le lycéen Gilles Guiot est arrêté et inculpé.

13 février : A Paris, occupation de l’église du Sacré-Cœur par des militants de la GP, avec Jean-Paul Sartre et Liliane Siegel, pour protester contre la répression de la manifestation du 9 février 1971.

Mars : Des militant(e)s homosexuel(le)s de VLR !, autour de Guy Hocquenghem et Françoise d'Eaubonne, annoncent la création du Front homosexuel d'action révolutionnaire (FHAR).

Mars : Démission de Jean-Paul Sartre de la direction du Secours rouge.

Avril : Les militantes de VLR ! quittent le groupe et se rallient au Mouvement de libération des femmes (MLF).

16 avril : Bernard Liscia, co-inculpé dans le procès de l'affaire d'Hénin Lietard, est arrêté.

23 avril : Sortie du n°12 de Tout ! sur la libération sexuelle, par le FHAR, qui est saisi par la police pour « outrage aux bonnes moeurs ».

30 avril : Bernard Liscia comparaît devant la Cour de sûreté de l'Etat. Il est d'abord remis en liberté provisoire le 2 juillet 1971, puis acquitté le 22 juin 1972.

Mai : Sortie de Front rouge, « journal de combat marxiste-léniniste », basé à Lyon, bimensuel, qui devient hebdomadaire pour son n°8, le 13 janvier 1972, jusqu'au n°167 du 22 septembre 1975. Son sous-titre devient « organe central du PCR(ml) » dès le n°110, du 11 mars 1974.

1er mai : Dernier numéro (n°5) de J’Accuse.

13-14 mai : Dans la nuit, la NRP plastique les locaux de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute.

24 mai : Premier numéro de J’Accuse-La Cause du peuple, qui ont fusionné.

28 mai : Sortie de la 1ère  brochure du GIP, Enquête dans 20 prisons, aux éditions Champ libre.

29 mai : François Marty, un des dirigeants historiques du PCMLF, meurt dans un accident de voiture.

29 mai : Alain Jaubert, journaliste au Nouvel Observateur, est tabassé par la police après une manifestation. Il est inculpé de rébellion et violences à agents. Un comité de « compagnons de route » de la GP se forme pour défendre la liberté de la presse, prémices de l'Agence de presse Libération (APL).

Juin : Roland Castro annonce à une assemblée de militants de VLR ! l'autodissolution de l'organisation.

Juin : Au sein du PCMLF, apparition de fortes divergences de la part de L'Etoile rouge (Comité du PCMLF de Nancy). Ce Comité scissionne en 1973 et publie (clandestinement) Sentinelle rouge et légalement, en 1974, Etoile rouge.

Juin : Création à Lyon d'un Cercle d'étude maoïste, par un ancien dirigeant du MCF.

Juin : Sortie dans les librairies du livre de Maria-Antonietta Macciocchi, De la Chine, aux Editions du Seuil. Le manuscrit a été transmis par Althusser à Sollers, qui négocia sa parution avec le directeur du Seuil.

Juin : Parution du n°1 de Peinture. Cahiers théoriques (142 pages), par le groupe Support/Surfaces, Marc Devade, Louis Cane, Vincent Bioulès et Daniel Dezeuze. L'objectif est de « changer les bases de la peinture » afin que celle-ci acquiert une « pratique signifiante » à partir de la « théorie du marxisme-léninisme et [de] la pensée mao tsé-toung ».

12 juin : Une conférence nationale (clandestine) du PCMLF décide la création de cellules d'entreprises afin de prolétariser son organisation.

18 juin : Création de l'Agence de presse Libération (APL), dirigée par Maurice Clavel et Jean-Pierre Vernier, afin d'informer sur les conflits des salariés. Les bulletins de l'APL sont distribués aux journaux par Antoine de Gaudemar. Les militants de la GP s'investissent dans cette structure, qui fonctionne aussi pour l'international : ainsi Maren Sell couvre-t-elle l'Allemagne.

18 juin : La GP et des « compagnons de route » comme Maurice Clavel, Jacques Debu-Bridel, Jean Cassou et Wladimir Jankélévitch organisent un dépôt de gerbe au Mont-Valérien pour rendre hommage « Aux victimes du fascisme, ancien et nouveau ».

15 juillet : A Paris, des militants du Comité de lutte Renault attaquent, devant les portes de Citroën, quai de Javel, des membres du syndicat « jaune », la Confédération française du travail (CFT).

23 juillet : A Paris, la GP et les Comités Palestine organisent une manifestation devant l'ambassade de Jordanie pour protester contre la venue du roi de Jordanie à Paris : Christian Riss, un des leaders de la GP, « établi » à Renault-Billancourt, est blessé par balles par un policier.

29 juillet : Dernier numéro du journal de VLR !, Tout !, qui en eut 16 au total.

Septembre : Le groupe Rennes révolutionnaire sort le 1er numéro de son journal, Drapeau rouge. Il est imprimé à partir du 16 octobre 1974 (n° 53).

3 septembre : Pour le cinquantième anniversaire du Parti communiste chinois, le PCMLF est invité à Pékin. Les délégués sont Jacques Jurquet, Alain Castan et André Druesne.

11 Septembre : Dans Le Monde, Philippe Sollers rend publique la rupture de Tel Quel avec le PCF, à la suite de l'interdiction à la fête de L'Humanité du livre de M. A. Macciocchi, De la Chine.

21 septembre : Début du séjour de la sinologue maoïste Michelle Loi en Chine, qui s'achève à la fin octobre 1971.

Octobre : La Cause du peuple appelle à la formation d'une « Union des Comités de lutte d'ateliers ».

Octobre : Parution du n°47 de Tel Quel, qui dénonce la « pourriture idéologique du révisionnisme français » et annonce la création d'un « Mouvement de Juin 71 » au sein de la revue, chargé de promouvoir la « pensée maotsetoung ». Cette appellation honore le mois de juin 1971, date de sortie du livre De la Chine.

9 octobre : Les Cahiers du cinéma adoptent les positions marxistes-léninistes de Tel Quel, Cinéthique et dénoncent violemment le « révisionnisme » du PCF.

Novembre : Parution du 1er numéro de L'Outil des travailleurs, « Journal communiste pour l'unité populaire » de la Gauche ouvrière et populaire (GOP). Le dernier numéro (n° 50) paraît le 13 octobre 1976.

Novembre-décembre : Séjour de six semaines de 11 militantes féministes et marxistes-léninistes, dont Claudie Broyelle (PCMLF) en Chine.

7 novembre : A Paris, manifestation du Comité Djellali, du Secours rouge et des Comités Palestine à la Goutte-d’Or (Paris) contre le meurtre raciste de Djellali Ben Ali, 15 ans, le 27 octobre 1971 dans le quartier. Parmi les militants arrêtés, Dominique Grange, auteur de la chanson « Les Nouveaux Partisans ». Elle reste incarcérée 45 jours.

10 novembre : Parution de la brochure du GIP, « Intolérable 3 », L'assassinat de George Jackson, chez Gallimard.

18 novembre : A Dunkerque, aux Chantiers ACDB, Jean-Pierre Faye et Jean Chesneaux prennent la parole devant les ouvriers en signe de solidarité.

20-21 novembre : Premières assises nationales du Secours rouge, avec essentiellement des militants du PSU et des maoïstes de la GP.

27 novembre : Réunion du Comité Djellali et du Secours rouge à la Goutte-d'Or (Paris) au local de la Maison Verte, puis manifestation dans le quartier, conduite par Michel Foucault, Jean Genet, Jean-Paul Sartre et Catherine Von Bülow.

Décembre : Dernier numéro de L'Idiot international.

5-13 décembre : Mutinerie de prisonniers, violemment réprimée, à la centrale Ney de Toul.

13 décembre : Dans Le Nouvel observateur, Jean Daubier, auteur d'une Histoire de la révolution culturelle prolétarienne (Maspero) dénonce l'ouvrage de Simon Leys [Pierre Ryckmans], Les habits neufs du président Mao (Champ libre), alors que René Etiemble en fait l'équivalent de L'Aveu chinois.

14 décembre : Robert Linhart créé le Comité Vérité Toul (CVT), chargé d'enquêter sur la mutinerie et de soutenir ce nouveau « front révolutionnaire ».

23 décembre : Alain Geismar est libéré.

Fin décembre : Le Secours rouge et le GIP diffusent un tract, Qui vole un pain va en prison. Qui vole des millions va au Palais-Bourbon !, pour dénoncer la condition des prisonniers.

3 janvier : Aux Cahiers du cinéma, le rédacteur Bernard Eisenschitz, membre du PCF, est exclu de la rédaction pour « révisionnisme ».

5 janvier : Conférence de presse du CVT et du GIP sur la mutinerie de Toul. Michel Foucault en écrit le texte qui est lu.

15 janvier : A Nancy, mutinerie des prisonniers à la prison Charles III, violemment réprimée. La GP soutient l’action, ainsi que le GIP.

17 janvier-23 février : Le Groupe Dziga Vertov tourne Tout va bien à Paris.

18 janvier : A Paris, occupation du ministère de la Justice, par Jean-Paul Sartre, Jean Chesneaux, Michel Foucault, Michelle Vian, Claude Mauriac, Gilles Deleuze, etc. au nom du GIP pour dénoncer les conditions de détention des prisonniers, suite aux mutineries de Toul et Nancy.

29 janvier : La direction de Renault-Billancourt licencie trois maoïstes membres du Comité de lutte, Christian Riss, José Duarte et Sadok Ben Mabrouk, qui entament alors une grève de la faim.

Février : A Saint-Denis (93), création du premier Comité de lutte et de défense des mal-logés, par des militants du Secours rouge, suite à des occupations de locaux vides. D'autres Comités sont créés ensuite à Paris.

Février : Le groupe  Ligne rouge éclate.

Février : Dominique Grange, de la GP, entre dans la clandestinité, à la fin du mois, au sein de la NRP. Elle y reste jusqu'en septembre-octobre 1975.

14 février : A Paris, des militants de la GP s’introduisent dans l’usine Renault-Billancourt avec Jean-Paul Sartre, Dominique Grange, Michelle Vian, Jean-Pierre Barou, le photographe Christophe Schimmel de l'APL et des journalistes, pour distribuer des tracts. Ils sont expulsés très rapidement.

25 février : A Paris, Pierre Overney, militant de la GP, est abattu aux portes de Renault-Billancourt par un vigile, Jean-Antoine Tramoni, alors qu'il distribuait des tracts appelant à une manifestation pour ce jour, pour le 10ème anniversaire de Charonne. Des photos sont prises par Christophe Schimmel.

25 février : Sortie du film de Marin Karmitz, alors très proche de la GP, Coup pour coup (couleurs, 90 mn). Pour ce film, qui est le récit d'une grève d'ouvrières avec occupation, M. Karmitz s'est inspiré d'un documentaire vidéo sur une grève de femmes dans une bonneterie à Troyes.

26 février : L'écrivain Jacques Henric, proche de Tel Quel, démissionne du PCF, officialisant ainsi un éloignement de fait. Il devient  maoïste et écrit dans les bulletins telqueliens du Mouvement du 11 juin.

Mars : Parution du n°48-49 de Tel Quel, numéro spécial « Chine », avec des articles de Joseph Needham, Michelle Loi, Charles Bettelheim, Lou Sin, etc.

4 mars : A Paris, la GP (Jean-Pierre Le Dantec) organise les obsèques de Pierre Overney au Père-Lachaise. Cet enterrement est suivi par 200 000 manifestants.

8 mars : La NRP (GP) enlève un responsable du personnel de Renault-Billancourt, Robert Nogrette. Il est libéré le 10 mars.

15 mars : Parution du n°1 de Tel Quel Mouvement de Juin 71 Informations, bulletin du Mouvement de Juin 71 créé au sein de la revue Tel Quel. Il s'agit d'une dénonciation vigoureuse de « l'hégémonie idéologique bourgeoise-révisionniste ». Des revues littéraires ou d'avant-garde, comme Mantéia (Marseille) ou TXT (Rennes, avec Christian Prigent, qui milite dans le groupe Rennes révolutionnaire) se rallient à ces positions.

25 mars : La NRP donne un entretien sur ses objectifs et ses actions dans La Cause du peuple-J'Accuse.

Mars-avril : Auto-dissolution des Comités de soutien à la révolution palestinienne (CSRP).

Avril : Promesse, revue d'avant-garde littéraire (Guy Scarpetta, Jean-Louis Houdebine) très proche du PCF, rompt avec celui-ci (n°32) et se rallie au Mouvement de Juin 71 de Tel Quel.

6 avril : A Bruay-en-Artois, découverte du corps d'une jeune ouvrière, Brigitte Dewèvre. C'est le début de l'« affaire de Bruay-en-Artois », dans laquelle la GP s'implique fortement, avec le Comité justice et vérité.

13 avril : Le juge Henri Pascal inculpe un notaire de Bruay-en-Artois, Pierre Leroy, du meurtre de Brigitte Dewevre.

28 avril : Sorties en salle du film Tout va bien de Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Gorin [groupe Dziga Vertov], avec Yves Montand et Jane Fonda.

30 avril : Parution du n°2-3 de Tel Quel Mouvement de juin 71 Informations, qui appelle à la formation d'un Front des intellectuels révolutionnaires.

Mai : Parution d’un numéro hors-série de la revue Les Temps modernes, rédigé par les dirigeants de la GP (en particulier Pierre Victor et André Glucksman), « Nouveau fascisme, nouvelle démocratie ».

1er mai : A propos de l'« affaire de Bruay-en-Artois », sous le titre « Et maintenant, ils massacrent nos enfants », La Cause du peuple (n°23) prend violemment partie contre le notaire Pierre Leroy, inculpé du meurtre.

1er mai : Conférence nationale (clandestine) de Front rouge en Ardèche, qui critique ses pratiques spontanéistes.

1er mai : Manifestation du GIP devant la prison de la Santé, à Paris. Affrontements avec la police, Michel Foucault, Hélène Cixous, Jean-Marie Domenach etc. sont arrêtés.

4 mai : Création d'un Comité pour la vérité et la justice à Bruay-en-Artois, sous l'impulsion de la GP.

6 mai : En Turquie, Deniz Gezmis, Hüseyin Inan, Yusuf Aslan, militants marxistes-léninistes de l'Armée de libération du peuple turc (THKO), condamnés à mort le 9 octobre 1969 pour tentative de renversement de l'Etat, sont pendus, après avoir refusé l'assistance d'un iman.

16 mai : A Paris, au Grand Palais, manifestation de plasticiens, dont les marxistes-léninistes, contre l'exposition 60-72, douze ans d'art contemporain en France.

Juin : Le PSU, lors du Comité national à Juvisy, exclut la tendance maoïste Gauche révolutionnaire (GR), apparue au sein du parti en juin 1970.

Juin : Création du Mouvement des travailleurs arabes (MTA), dont l'organe est La Voix des travailleurs arabes. Le MTA est issu en partie des militants des CSRP.

29 juin : L'Humanité rouge n°154 titre « Vive le 10e anniversaire de la victoire du peuple algérien ».

29 juin-9 juillet : Tel Quel organise à Cerisy-la-Salle un colloque intitulé « Vers une révolution culturelle : Artaud, Bataille ».

Eté : Création du groupe Prolétaire Ligne rouge (PLR), dont une partie part en Albanie dans un bus collectif.

Juillet : Brochure de L'Humanité rouge (supplément au n°155), « Face au gauchisme moderne », qui dénonce, entre autres, la GP comme « opportuniste de gauche ».

Juillet : Création du groupe de cinéastes Front paysan, dans le sillage du mouvement Paysans-travailleurs. Certains de ses membres enseignent ou étudient à l'université de Vincennes. Front paysan est en contact avec Cinéthique.

26 juillet : En Avignon, réunion en vue de créer un Front culturel révolutionnaire (le Front Q), entre les Cahiers du cinéma, Cinéthique, Tel Quel, le Front des artistes plasticiens, etc.

Septembre-octobre : Réunion entre des membres du groupe du groupe Foudre de l'UCF (Marie-Claire Boons, Natacha Michel, Sylvain Lazarus, Bernard Sichère) et de Tel Quel (Philippe Sollers, Julia Kristeva, Jean-Louis Houdebine, Marc Devade, etc.), qui ne débouche sur aucune entente.

Octobre : La Gauche révolutionnaire devient une organisation, qui fait paraître Le Communiste en juin 1973.

Octobre : Naissance du Mouvement national de soutien aux peuples d'Indochine (MNSPI) par le groupe PLR.

Octobre : Nicolas Boulte, membre du Comité de lutte Renault fait paraître une brochure très critique, sous le pseudonyme de Baruch Zorobabel, Tentative de bilan du Comité de lutte Renault (supplément n° 120 de la revue conseilliste ICO).

1er octobre : Sortie du n°4 (dernier numéro) de Tel Quel Mouvement de Juin 71 Informations, 40 pages environ. Un des articles titre : « Le fasciste bave ce que l'humaniste chuchote ».

Novembre : Premier Congrès des Comités de lutte d'ateliers, qui met en place une Union nationale des Comités de lutte d'ateliers (UNCLA) et élit un Conseil national dirigé par un militant de l'usine Colgate-Palmolive de Compiègne, Daniel Gréaume.

Novembre : Pour dénoncer son ordre d'expulsion, Saïd Bouziri, leader du MTA et membre de la GP, débute une grève de la faim dans le quartier de Barbès à Paris. Grâce à une forte mobilisation, l'arrêté d'expulsion est annulé.

16 décembre : Pour dénoncer la mort du jeune travailleur immigré Mohamed Diab dans un commissariat de police, le MTA organise une manifestation silencieuse (interdite), à laquelle Michel Foucault, Claude Mauriac et Jean Genet prennent part. La police intervient violemment et arrête, entre autres, les trois intellectuels.

Fin 1972-début 1973 : Epoque probable de la fin du Groupe Dziga Vertov.

Janvier : L'Association des Amitiés franco-chinoises (AAFC) publie le premier n° d'une revue trimestrielle, Chine.

4 janvier : Annonce par Jean-Paul Sartre, Philippe Gavi, Serge July, Jean-Claude Vernier et Jean-René Huleu de la naissance prochaine du quotidien Libération.

9 janvier : Ouverture du procès en cour d'assises de Jean-Antoine Tramoni, le vigile qui abattit Pierre Overney.

13 janvier : Jean-Antoine Tramoni est condamné à 4 ans de prison pour le meurtre de Pierre Overney.

15 janvier : Parution du premier numéro de Indochine en lutte, du Mouvement national de soutien aux peuples d'Indochine (MNSPI).

Février : Parution du premier numéro de Octobre. Les cahiers du marxisme-léninisme, « revue théorique des communistes marxistes-léninistes de France », du groupe Front rouge. Le numéro traite de « L'histoire du révisionnisme en France : 1944-1947. Le PCF au gouvernement ».

Février : Conférence nationale de Prolétaire Ligne rouge (PLR).

Février : Sortie du n° 1 de L'Eveil, « feuille de propagande marxiste-léniniste », qui devient l'organe de l'OCMLE en avril 1973.

Mars-avril : Création du groupe de cinéastes Cinélutte, autour de Richard Copans et Jean-Denis Bonan, sur une ligne politique alors proche du groupe Prolétaire Ligne rouge.

4 mars : Les Comités Indochine-Palestine de Front rouge organisent un meeting à Paris en soutien aux « peuples opprimés ». Gilbert Mury, qui vient de rejoindre Front rouge, est à la tribune.

31 mars : Manifestation conduite par le Comité de défense des droits des immigrés (ex-Comité Djellali), avec Michel Foucault, contre la « circulaire Fontanet ».

Avril : Naissance de l'Organisation communiste marxiste-léniniste l'Eveil (OCMLE), formée d'ex-UJC(ml) entrés au PCMLF en 1969, qui publient sous le pseudonyme collectif de Nicolas Rivière, quelques textes entre 1972 et 1973. Cette organisation publie le 1er numéro de sa revue théorique et pratique, Pour le parti.

Avril : Jean-Luc Einaudi (André Colère) publie « La fascisation en France », brochure en supplément à L'Humanité rouge n°186 (2e édition mi-août 1973, supplément à L'Humanité rouge n°198).

Avril : Premier numéro de Prolétariat, « Revue théorique et politique marxiste, léniniste et de la pensée-Maotsétoung », du PCMLF. Trimestriel.

18 avril : Parution du premier numéro de Libération, après un essai raté le 5 février 1973. Il est dirigé par des cadres de la GP dont Serge July.

Juin : Première conférence nationale des cadres de l'UCFML.

Juin : Le groupe PLR publie le 1er numéro d'un bulletin anti-impérialiste, La Tempête.

Juin : Numéro 2 d'Octobre, de Front rouge : « Le trotskysme contre la révolution prolétarienne ».

21 juin : Manifestation de la LC et de L'Humanité rouge (PCMLF) contre le meeting du groupe d'extrême droite Ordre nouveau à la Mutualité. Violents affrontements avec la police. La LC sera dissoute par le gouvernement le 28 juin 1973.

Eté : Visite en Chine d'une délégation du PCMLF, conduite par Jacques Jurquet, qui rencontre Zhou Enlai et Madame Mao.

Septembre : Création du Parti des travailleurs de Guadeloupe (PTG) soutenu par le PCMLF.

3 septembre : Dans les Bouches du Rhône et le Var, appel du MTA à la grève générale des travailleurs immigrés, pour dénoncer les actes de violence raciste. Elle est suivie très largement, ainsi que celle du 14 septembre dans la région parisienne.

13 septembre : Dernier numéro (n°48) de La Cause du peuple, avec cette invite : « Puisez dans le stock d'idées Lip! ».

21 octobre : Aux Cahiers du cinéma, la tendance devenue hostile au marxisme-léninisme, conduite par Serge Toubiana, Serge Daney et Pascal Bonitzer décident de contrer la fraction marxiste-léniniste de Philippe Pakradouni.

28 octobre : Rassemblement de Front rouge à la mutualité sur le thème « Oui, la révolution est possible ! ». A la tribune Max Cluzot (Henry Rey), Bernard Rey, André Roustan et le cinéaste Tobias Engel.

3-4 novembre : En région parisienne, dernier CE (qu'on appellera la « réunion des chrysanthèmes ») de la GP. Devant 200 militants, les dirigeants annoncent l'auto-dissolution de l'organisation, malgré de nombreuses protestations, dont celles de Jean-Paul Cruse, Pierre Boisgontier (qui écrivent, début 1974, un texte, Chasse-goupille et tire-rivets appelant à une réunion pour continuer le combat), Maurice Brover ou Saïd Bouziri.

Novembre-décembre : Jacques Jurquet et Camille Granot [Monique Cuisinier], dirigeants du PCMLF, en visite en Chine, où ils sont reçus par Jiang Qing, épouse de Mao Zedong et par d'autres dirigeants.

Décembre : Parution du 1er numéro de la revue Théorie et politique, espace de débat entre intellectuels, lancé par l'UCFML, autour de A. Badiou et K. Mavrakis. Elle cesse de paraître en 1975.

Le peintre Erro réalise une huile sur toile, In Front of New York (95 x 151 cm) avec Mao Zedong en peignoir de bain, entouré de Gardes rouges, sur le pont d'un navire arrivant à New York.

Le peintre Gérard Fromanger, maoïste, réalise une huile sur toile, En Chine, à Hu-Xian (200 x 300 cm).

Janvier : Parution du livre de Philippe Sollers, Sur le matérialisme. De l'atomisme à la dialectique révolutionnaire, aux éditions du Seuil.

3 janvier : Lancement par l'UCF de son journal, Le Marxiste-Léniniste.

Février : Premier congrès de la Gauche révolutionnaire (ex-tendance du PSU exclue en juin 1972) dont la majorité décide de rallier le PCMLF. La minorité créée la Gauche marxiste-léniniste (GML).

7 février : Aux Cahiers du cinéma, défaite des marxistes-léninistes lors d'une réunion de la rédaction : P. Pakradouni est exclu, Narboni et Comolli s'éloignent.

24 mars : « Conférence des ouvriers maos » organisée par l'ex-GP.

Mars : Près de Pontarlier, Congrès de fondation du Parti communiste révolutionnaire marxiste-léniniste (PCR(ml)), issu de Front rouge. Max Cluzot (Henry Rey) et André Roustan en sont les dirigeants. La revue Octobre devient la « revue théorique des communistes révolutionnaires (marxistes-léninistes) » pour son n°5. Parmi les fondateurs du PCR(ml), à Lyon, il y a Bernard Rey, un des condamnés du PCMLF de 1970.

Mars (début) : Affiche de L'Humanité rouge contre le film de Jean Yanne, produit par Dassault, Les Chinois à Paris, sorti en salle le 28 février 1974. L'UCFML organise aussi des attaques contre les salles qui projettent ce film.

Avril : Le groupe Foudre d'intervention culturelle (UCFML) dénonce violemment le film de Liliana Cavani, Portier de nuit, et interdit sa projection à l'université de Vincennes.

Avril : Parution du n° 1 de La Faucille, « journal paysan des communistes marxistes-léninistes de France », mensuel puis bimensuel du PCMLF, supplément paysan à L'Humanité rouge.

Avril : Parution du 1er  numéro de Solidarité anti-impérialiste, bulletin du Centre d'information sur les luttes anti-impérialistes (CILA), du PCMLF.

11 avril-3 mai : Voyage officiel en Chine, grâce à Maria-Antonietta Macchiocchi, d'une délégation de Tel Quel : Roland Barthes, Julia Kristeva, Marcelin, Pleynet, Philippe Sollers et François Wahl. Jacques Lacan se désiste au dernier moment.

1er mai : Marin Karmitz, ex-GP, ouvre à Paris, à la Bastille, le cinéma 14 juillet, afin de diffuser des films militants.

Juin : Second congrès de la Gauche révolutionnaire (GR), issue du PSU, qui adhère au PCMLF. Pierre Bauby, un de ses cadres, intègre le CC du PCMLF, et part avec un groupe de militants en Chine.

18 juin : Appel « Pour un nouveau rassemblement maoïste » des militants de l'ex-GP qui refusent sa disparition, dont Daniel Greaume.

Août : Lors du rassemblement anti-militariste du Larzac, des militants du PCR(ml) et de l'UCFML agressent le leader du PS, François Mitterrand.

Septembre : L'ancien Comité de Nancy du PCMLF publie un journal légal, L'Etoile rouge, qui succède au journal clandestin Sentinelle rouge.

Octobre : La Gauche marxiste-léniniste (minorité de la GR issue du PSU) éclate : une partie rejoint le PCMLF, une autre tendance veut s'unir à l'OCML L'Eveil, sans succès.

1er octobre : Meeting de l'AAFC et du PCMLF pour le 25ème anniversaire de la République populaire chinoise. Sont présents à la tribune Régis Bergeron, Jacques Jurquet, mais aussi Michelle Loi, Irène de Lipkowski, Hélène Marchisio et René Dumont.

20 octobre : Libération conditionnelle de Jean-Antoine Tramoni, le meurtrier de Pierre Overney.

Novembre : Reparution de La Cause du peuple, nouvelle série, dirigée par Daniel Greaume, ex-GP. Elle paraît jusqu'en avril 1977.

3 novembre : Le PCR(ml) organise un grand « rassemblement communiste pour le pouvoir des ouvriers et des paysans » à la Mutualité, avec Gilbert Mury, André Terray (ex-GP), le Comité vérité et justice de Bruay-en-Artois (ex-GP), Gilles Servat, François Tusques, etc.

15 novembre : Sortie du n°1 de Le Nouvel éveil, qui prend la suite de L'Eveil (dernier n°, le 18, le 15 octobre 1974). Le dernier n° (le 16) paraît en mars 1976. Organe du groupe Organisation communiste marxiste-léniniste L'Eveil (OCMLE).

Décembre : Jacques Rancière publie La Leçon d'Althusser (Gallimard, collection « Idées »), qui se veut une déconstruction critique de l'orthodoxie « althussérienne » à travers une réponse au livre Réponse à John Lewis d'Althusser, paru en 1973 chez François Maspero.

Décembre : Numéro 1 de Révolution prolétarienne, « revue politique mensuelle du PCR(ml) ». Contributions de Max Cluzot (Henry Rey), J.-P. Gay, André Roustan (33 p.).

23 décembre : 17 e et dernier numéro du journal de PLR, Le Prolétaire ligne rouge.

Le peintre Erro réalise une huile sur toile, Mao à San Marco (97 x 72 cm).

Début 1975 : Lancement de la revue Les révoltes logiques par un collectif nommé Centre de recherches sur les idéologies de la révolte. Jacques Rancière en est le pivot. Les animateurs viennent de la mouvance maoïste, dont Jacques Rancière et Danièle Rancière, qui ont fait partie des « enquêteurs » du GIP.

Janvier : Trois marxistes-léninistes (PCMLF), Claudie Broyelle, Jacques Broyelle et Evelyne Tschirhart, rentrent en France après avoir travaillé deux ans comme experts étrangers aux Editions de Pékin et à l'Institut n°2 des langues étrangères.

27 janvier : Début de la grève du foyer Sonacotra (travailleurs immigrés) Romain Rolland de Saint-Denis (93), soutenue par l'UCFML qui popularise et amplifie la grève à d'autres foyers.

8-9 février : Conférence nationale organisée par La Cause du peuple.

Mars : Publication par Daniel Lindenberg de l'ouvrage Le Marxisme introuvable (UGE 10-18). Dans une longue introduction, il revient sur son adhésion à l'« althussérisme » et son engagement dans l'UJC(ml).

15-20 mars : IIème Congrès du PCMLF, vers Aix-en-Provence, en instance réduite à la direction clandestine, qui entérine un « virage patriotique » et violemment anti-URSS.

22 mars : Front rouge organise un tribunal populaire à Liévin pour condamner les Houillères responsables de la catastrophe du 27 décembre 1974, qui causa la mort de 42 mineurs.

Mars-Avril-Mai : Interventions du groupe Foudre dans des séminaires à Vincennes, en particulier dans ceux de Maria-Antonietta Macciocchi.

Avril : Parution du 1er numéro de Combat pour l'indépendance, journal du Centre d'information sur les luttes anti-impérialistes (CILA), lié au PCMLF.

13 avril : Le groupe PLR éclate lors de sa IIIe Conférence nationale. La minorité, celle impliquée dans le MNSPI, rejoint le PCMLF.

13-14 avril : Le MNSPI se transforme en  Mouvement pour l'Indépendance et la liberté (MIL), qui sort le 1er numéro d'un journal, Indépendance et liberté.

17 avril : Les partisans khmers rouges prennent la capitale du Cambodge, Pnom-Penh.

30 avril : Les communistes vietnamiens prennent Saïgon, qui est rebaptisé Ho Chi Minh-ville.

Mai : Parution du premier numéro de La Jeune garde rouge, journal des Jeunesses communistes marxistes-léninistes de France (JCMLF), liée au PCMLF, qui n'aura son Congrès qu'en juin 1975. Jean-Luc Einaudi est le directeur de publication.

Mai : Congrès constitutif de l'Union communiste de la jeunesse révolutionnaire (UCJR), liée au PCR(ml). Son journal est Rebelles.

1er mai : L'Humanité rouge devient « quotidien des communistes marxistes-léninistes de France », n°1 nouvelle série, sur 4 pages, en annonçant 12 prochainement.

29 mai : Décès de Gilbert Mury, militant du PCF, puis un des dirigeants du MCF, du PCMLF et du PCR.

Juin : Louis Althusser publie Lénine et la philosophie suivi de Marx et Lénine devant Hegel, chez François Maspero (Petite collection Maspero).

26 juin : Des militants du PCMLF affrontent violemment des militants de la CGT et du PCF lors d'une manifestation de soutien (CGT) aux employés du Parisien libéré en grève.

Août : Le Comité strasbourgeois du PCMLF prend position contre la ligne du IIe Congrès du PCMLF.

Août-septembre : Le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC) organise un voyage de 23 paysans en Chine. Au retour, ceux-ci publient Ce que nous avons vu en Chine.

27 septembre : En Espagne, exécution de 5 militants maoïstes du Front révolutionnaire antifasciste et patriote (FRAP).

27 septembre : A Paris, lors de la manifestation unitaire de protestation contre l'exécution des militants du FRAP, le PCR(ml) prend la tête du cortège et affronte les forces de l'ordre.

29 septembre : Le PCR(ml) lance le quotidien Le Quotidien du peuple, n°1, « journal communiste révolutionnaire pour la construction du parti de type nouveau ».

Octobre : Création de l'Organisation communiste gauche ouvrière et paysanne (OC-GOP), par la fusion de deux scissions du PSU.

Novembre : Parution du n°1 (nouvelle série) de Front rouge, mensuel, « organe central du PCR(ml) », sur 32 pages. Il y a 15 numéros mensuels, le dernier en avril 1977 (48 p.).

Décembre : Création d'un Collectif pour l'unité des marxistes-léninistes, qui rassemble des groupes tels le PCMLF-Comité de Nancy, Le Travailleur, Drapeau rouge etc.

Janvier : Lancement du premier numéro des Cahiers du Forum-Histoire, bulletin de liaison du collectif Forum-Histoire créé en mai 1975, lors d'un rassemblement à Paris VII, autour de Jean Chesneaux, Daniel Hemery et l'historien américain Harvey Goldberg. L'objectif est de proposer une « histoire-guérilla » construite avec le peuple, au service du peuple.

10-11 janvier : Congrès d'unification du MIL et du CILA. La nouvelle organisation garde le nom de MIL et Combat pour l'indépendance devient son journal.

14 février : Le PCMLF publie le n°1 des Carnets du militant, un fac-similé d'un texte de 1928 du PCF sur la cellule.

14 février : Le PCMLF convoque un Rassemblement national ouvrier, à la Mutualité, qui appelle à l'unité des révolutionnaires.

Mars : Sortie du numéro 1 (mensuel) de Brisons nos chaînes, « Bulletin d'Opppositin syndicaliste révolutionnaire », du PCR(ml), au sein de la CFDT.

4 mars : Le groupe Foudre publie un tract intitulé Boules qui roulent n'émoussent pas masses, dénonçant Maria-Antonietta Macchiocchi, « l'illustre Pythonisse du monde occidental ».

Avril : Sortie du n°2 des Cahiers du Forum-Histoire, sur la guerre d'Algérie, réalisé par un groupe auquel participe Jacques Jurquet.

Avril : Trois militants du PCMLF de Lorient, Siméoni, Tisseyre et Romain Le Gal sont arrêtés et incarcérés pour reconstitution de ligue dissoute. La campagne de libération se focalise sur Le Gal, qui reste emprisonné jusqu'en septembre 1976.

Mai : Le Collectif pour l'unité des marxistes-léninistes sort un bulletin, Unité-critique-unité.

1er mai : L'UCJR (PCR) et son journal Rebelles organisent à la Cartoucherie de Vincennes une fête de la « jeunesse populaire » (6 000 participants), avec François Tusques, Imago, Gilles Servat et les cinéastes Tobias Engel et Yann Le Masson.

Juin : Les militants de l'ancien Comité strasbourgeois du PCMLF lancent un appel à renverser la direction du PCMLF.

19-20 juin : 2e Congrès du PCR(ml).

Juin-Juillet : A Paris, Galerie Beaubourg, exposition du peintre Guomundur Erro, Erro. Tableaux chinois, une série de 55 œuvres qui racontent la « conquête du monde par Mao Tsé-Toung ».

Septembre : Création de l'Organisation pour la reconstruction du parti communiste de France (ORPCF), issu de militants de l'ancien Comité strasbourgeois du PCMLF, qui étaient en désaccord avec la ligne du IIe Congrès de leur parti. Elle publie L'Humanité nouvelle d'Alsace.

9 septembre : En Chine, mort de Mao Zedong.

11 septembre : Manifestation unitaire des marxistes-léninistes (PCR(ml)-PCMLF-UCFML-GOP) en hommage à Mao Zedong

Octobre : Parution du 1er numéro de Pour le parti, « journal marxiste-léniniste pour la reconstruction du parti communiste ».

Octobre : Eclatement de l'OCMLE en plusieurs groupes, dont l'OCML-Le Bolchevik et l'OCML-Eugène Varlin, tous deux opposés aux thèses albanaises et très critiques envers Mao Zedong.

6 octobre : En Chine, arrestation de la Bande des quatre, dont Jiang Qing, épouse de Mao Zedong, et d'autres leaders de la Révolution culturelle.

13 octobre : Parution du 1er numéro de L'Outil révolutionnaire (suite de L'Outil des travailleurs) par suite de la fusion de la GOP avec le groupe Révolution !

15 octobre : L'OCML-Le Bolchevik sort le 1er numéro de son journal, Le Bolchevik.

Novembre : Ve Conférence nationale de l'Organisation communiste marxiste-léniniste de l'ouest (OCMLO), ex-Rennes révolutionnaire, qui se transforme en Organisation communiste de France (marxiste-léniniste). Le secrétaire général de cette OCF(ml) est Jacques Lancier.

1er-8 novembre : En Albanie, VIIe Congrès du Parti du travail, qui critique les positions chinoises, et en particulier la théorie des trois mondes. Jacques Jurquet et Alain Castan représentent le PCMLF, et Patrick Kessel est invité par le PTA.

20 novembre : Dans Le Monde, des intellectuels souvent membres des Amitiés franco-chinoises (Pierre Halbwachs, Maria-Antonietta Macciocchi, etc.) critiquent le nouveau cours de la politique de la Chine.

Novembre-décembre : Patrick Kessel rallie Combat communiste (marxiste-léniniste) et publie le rapport d'Enver Hoxha au VIIe Congrès du PTA dans sa maison d'édition, le Nouveau bureau d'éditions (NBE).

Déploiement des écrits et interventions des « Nouveaux philosophes », qui ont tous appartenu à la GP et à La Cause du Peuple, soit comme dirigeants (André Glucksman, Christian Jambet, Guy Lardreau, Gilles Susong, etc.), soit comme simples militants (Bernard Henry-Lévy, Laurent Dispot) ou compagnons de route (Maurice Clavel). Ils dénoncent avec virulence les théories du communisme et la pratique des révolutions (remontant jusqu'à 1793) assimilées à des « machines à terreur ».

Janvier : Création de l'Organisation communiste marxiste-léniniste En avant prolétaires, par fusion du Groupe marxiste-léniniste de Paris et de Vive l'internationalisme prolétarien.

Janvier-février : Le MIL rompt avec le PCMLF et accentue son antisoviétisme.

15 mars : Sortie d'un bi-mensuel du PCMLF, L'Humanité rouge, homonyme du quotidien.

19 mars : A Paris, manifestation et meeting du PCMLF pour le 106e anniversaire de la Commune de Paris.

23 mars : Le vigile Jean-Antoine Tramoni (assassin de P. Overney) est abattu par les Noyaux armés pour l'autonomie populaire (NAPAP).

26 mars : Les NAPAP organisent un attentat contre les bâtiments de l'usine Renault à Flins.

Mai : L'OCML-En avant prolétaires publie sa Plate-forme politique.

13 mai : A Paris, la police arrête trois militants des NAPAP, dont Frédéric Oriach.

Juin : L'OCML-En avant prolétaires publie le 1er numéro de son mensuel, En avant prolétaires.

6 juin : Les NAPAP organisent des attentats contre les locaux de Usinor à Thionville et Chrysler à Paris.

Juillet : Conférence nationale ouvrière du PCMLF, qui déclare « erronée » la ligne du IIe Congrès.

Juillet-août : L'OCML-Eugène Varlin sort le 1er numéro de son journal Lutte communiste.

Eté : Combat communiste (ml) organise un stage avec Patrick Kessel, pendant lequel le livre Du parti de Thorez à la pensée de Mao est rédigé.

Juillet-août : Parution du n°1 de Front rouge, « revue politique et théorique du PCR(ml) », devenu trimestriel, 96 pages. Il y a 8 numéros jusqu'au 1er trimestre 1980.

7 juillet : L'Albanie rompt officiellement avec la politique de la Chine.

Septembre : Une délégation du PCR(ml) est reçue en Chine.

Octobre : Des militants (ex- de PLR) exclus du PCMLF pour refus d'accepter la condamnation de la ligne « patriotique » du IIe Congrès, fondent, avec des membres du MIL, une Organisation pour la reconstruction du parti communiste de France (marxiste-léniniste) (ORPCF(ml)), qui est violemment anticommuniste [ne pas confondre avec l'ORPCF créée en septembre 1976].

Octobre : Patrick Kessel lance le n° 0 de la revue Bulletin international, aux éditions NBE, qui devient l'organe de Combat communiste (ml).

Novembre-décembre : Dans Front rouge, du PCR(ml), défense et illustration de la théorie des trois mondes (n° 2, nouvelle série, puis n° 3, en janvier 1978).

Novembre : L'UCFML crée une organisation anti-raciste, les Permanences anti-expulsion (PAE) pour lutter contre les mesures du ministre Stoléru et pour le soutien aux luttes des foyers Sonacotra.

Décembre : Parution du dernier numéro clandestin de L'Humanité nouvelle du PCMLF.

3 décembre : La police arrête Christian Harbulot, ancien militant de la GP, soupçonné d'être impliqué dans l'exécution de Jean-Antoine Tramoni.

Janvier : IIIe Congrès (clandestin) du PCMLF, qui condamne la ligne « bourgeoise » et « patriotique » du IIe Congrès.

Janvier : Naissance du Collectif François Marty, regroupant des militants de L'Humanité rouge (PCMLF), comme Suzanne Marty (veuve de l'ancien dirigeant François Marty décédé) ou les frères Delrue. Ils publient une brochure La mystification de la théorie des trois mondes et le Parti. Une fusion avec Combat communiste (marxiste-léniniste) de P. Kessel échoue.

Janvier : L'ORPCF(ml) publie le 1er numéro de sa revue, Questions du communisme. Trimestrielle, elle n'a que 5 numéros.

Avril : Dans les numéros des 18-19-20 avril, L'Humanité rouge publie une interview de Pol Pot.

Avril-mai : L'Organisation communiste prolétarienne, issue de l'ex-GP, qui publiait La nouvelle Cause du peuple, rejoint l'ORPCF.

Eté : Une délégation du PCR(ml) part à Beijing.

7 juillet : La Chine cesse officiellement toute aide économique et militaire à l'Albanie.

Août : Le PCMLF clandestin redevient légal sous le nom de Parti communiste marxiste-léniniste (PCML).

17 septembre : Le CC du PCR(ml) condamne le Parti du travail d'Albanie pour ses attaques contre les dirigeants de la Chine.

10 octobre : De retour de Chine et du Kampuchea (Cambodge), où elle a séjournée du 8 au 16 septembre 1978, une délégation du PCML composée de Jacques Jurquet, Camille Granot [Monique Cuisinier-Dagron], Annie Brunel et Alain Castan tient une conférence de presse.

18-20 novembre : 3e Congrès du PCR(ml). Les documents issus de ce congrès sont publiés dans le n°4 de Front rouge, « revue théorique et politique » du PCR (ml).

17 janvier : Dans Le Monde, Alain Badiou (UCFML) publie, en tribune libre, « Kampuchéa vaincra », en soutien au Cambodge attaqué par le Vietnam.

Février : Le PCR(ml) publie un texte de G. Ferreol, Le révisionnisme, « brochure d'éducation pour les écoles élémentaires de cellule », en supplément à Front rouge n° 5.

2 février : A Paris, meeting de soutien aux Khmers rouges par un Comité des patriotes du Kampuchéa démocratique en France.

Mars : Création de l'Organisation communiste marxiste-léniniste-Voie prolétarienne (OCML-VP) par fusion du groupe lyonnais Voie prolétarienne (issu d'une scission du CMLF en 1968) et de l'OCML Pour le parti.

18 mars : Création du Parti communiste des ouvriers de France (PCOF) par fusion de l'ORPCF et du Collectif François Marty. Ce parti est reconnu par l'Albanie. Le journal La Forge, de l'ex-ORPCF, fondé en février 1977, devient l'organe central du PCOF.

Avril : L'OCML-VP lance le 1er numéro de son journal,  Pour le parti.

Mai : Combat communiste (ml) publie sa « Plate-forme » aux éditions NBE.

5 Juin 1979 : Dans un communiqué du Quotidien du Peuple (n°929), le PCR(ml) et l'OCF(ml) (issu du groupe Rennes révolutionnaire) appellent au boycott des élections du 10 juin 1979.

16 juin : A l'appel de l'UCFML et de l'OCF(ml), manifestation contre les « lois racistes Bonnet-Stoléru ».

Eté 1979 : Une délégation du PCOF se rend en Albanie.

14 juillet : Ratification du protocole d'accord pour l'unification du PCML et du PCR(ml) par leurs Comités centraux respectifs.

Septembre : Dans Prolétariat n°21, la revue théorique et politique du CC du PCML, Camille Granot [Monique Cuisinier-Dagron] annonce la prochaine fusion de Prolétariat et de Front rouge (PCR(ml)) en une seule revue.

6-7 octobre : Publication d'un texte programmatique commun Le socialisme par les CC du PCR(ml) et du PCML.

4 janvier : Parution du numéro 1 (nouvelle série), d'un « quotidien marxiste-léniniste » commun au PCR(ml) et au PCML, Le Quotidien du peuple. L'éditorial est signé conjointement par Jacques Jurquet pour le PCML et Max Cluzot (Henry Rey) pour le PCR(ml).

29 février : En Chine, réhabilitation de Liu Shaoqui, cible principale des Gardes rouges.

Avril : L'OCML-VP lance le 1er numéro de sa « revue théorique et politique », La Cause du communisme.

10 avril : Parution du dernier numéro du Quotidien du Peuple (n°69, nouvelle série), justifié par une déclaration du Comité pour l'unification du PCR(ml) et du PCML.

15 avril : Décès de Jean-Paul Sartre. 50 000 personnes suivent ses funérailles le 19 avril 1980.

26 avril : L'Humanité rouge du PCML reparaît comme hebdomadaire, n° 1203, nouvelle série.

30 avril : Le PCR(ml) lance un hebdomadaire, Pour le socialisme, son nouvel organe central.

6 juin : Le PCR(ml) organise à Paris « Six heures pour l'Afghanistan ».

20 novembre : En Chine, procès de la Bande des quatre, dont Jiang Qing, épouse de Mao Zedong.

14 février : IVe Congrès du PCML, avec pour la première fois une direction collective.

23 juillet : L'ancien établi de la GP, Christian Riss, se tue en montagne.

14 septembre : Amnistiés, trois dirigeants des NAPAP, dont F. Oriach, sont libérés.

17 octobre : A Paris, meeting commun de l'UCFML et de l'OCML-VP en mémoire des morts algériens du 17 octobre 1961.

9 décembre : Dernier numéro (n°55) de Pour le socialisme (PCR(ml)).

Mai : Ve Congrès du PCR, qui autorise les tendances. Max Cluzot (Henry Rey) est remplacé comme secrétaire général par René Rodriguez.

10 juin : L'Humanité rouge annonce, dans son n°1293 (n°4 nouvelle série), sous la signature de Camille Granot [Monique Cuisinier-Dagron], l'arrêt du journal (effectif après un ultime numéro 1294 en juillet), qui sera remplacé par le mensuel Travailleurs et par une feuille d'intervention, PCML-Flash.

18 août : Premier numéro de PCML-Flash.

Septembre : Numéro 1 de la revue du PCML Travailleurs.

Fin du PCR.

29 octobre-1er  novembre : Ve Congrès du PCML.

Mai : Naissance du journal Le Partisan, de l'OCML-VP, avec un dossier sur les sociétés coopératives ouvrières.

6 juin : La feuille du PCML, PCML-Flash devient Flash Alternative, d'abord hebdomadaire du PCML, puis du PAC à partir de juin 1986, jusqu'en septembre 1988.

Octobre : Dernier numéro de Cinéthique (n°37).

20-22 juin : A Dammarie-les-Lys, VIe Congrès du PCML, avec 38 délégués représentant environ 200 adhérents. Le PCML se transforme en Parti pour une alternative communiste (PAC). Jacques Jurquet, Serge Casey, Jean-Luc Einaudi et des militants de Grenoble et de Martigues le quittent, en le qualifiant de « social-démocrate de gauche » dans un communiqué.

Eté : Monique Dagron [Monique Cuisinier] et Alain Doronte, du PAC, vont à Pékin.

Décembre : Fin du PAC.

Julia Kristeva publie Les Samouraïs chez Fayard, roman à clé largement autobiographique, où elle revient en grande partie sur ses années « maoïstes ».

19 février : Flash Alternative s'éteint au n°230.

13 janvier : Conférence-débat organisé par l'Université marxiste, avec Patrick Kessel, du Centre d'études du mouvement ouvrier et paysan (CEMOPI), sur Le Parti communiste français était-il porteur d'un projet révolutionnaire dans les années 20 ?

Décembre : Fondations des Editions prolétariennes (EP), afin d'aider à la connaissance du mouvement ouvrier et paysan international.

Juillet-août : Dans le n°13 de Editions prolétariennes-Infos, un dossier sur le Cambodge-Kampuchea.

Septembre : Création du Parti communiste maoïste de France (PCMF).

Janvier : Apparition du Parti communiste marxiste-léniniste maoïste (PCMLM), à partir de militants des Noyaux autonomes pour le communisme, qui publiaient la revue Front social. Ils sont présents sur Internet avec leur site Contre-informations (http://www.contre-informations.fr).

22 juillet : Christian Maillet, peintre et dirigeant du MCF(ml) puis du PCMLF, meurt à Marseille à l'âge de 80 ans. Il était le principal caricaturiste de L'Humanité nouvelle et de L'Humanité rouge, entre autres sous le pseudonyme de KROL.

15 octobre : A Jérusalem, décès de Benny Lévy/Pierre Victor, ancien dirigeant de l'UJC(ml) et de la GP.

Janvier : Parution au Seuil de l'ouvrage Le Siècle, de Alain Badiou, qui démontre comment le XXe siècle s'est pensé, à travers la rupture et le définitif, comme le siècle du réel, qui avait communisme pour nom.

1er mai : Apparition d'un Parti communiste maoïste de France (PCMF).

15 avril : Décès à Rome de Maria-Antonietta Macciocchi.

27 octobre : Mort de Pierre Boisgontier, ancien membre de la GP de Grenoble et co-fondateur du journal Vérité Rhône-Alpes.

Mars : Le PCMF lance son blog Drapeau rouge sur Internet : http://drapeaurouge.over.blog

6 juillet 2008 : Décès à Dijon d'un ancien cofondateur de la GP, Guy Lardreau, à 61 ans.

Août : Création, autour du PCMLM, de l'Action antifasciste, sur le modèle des groupes autonomes allemands.

9 septembre : Création d'un « webzine » intitulé La Roue et la vis, http://larouetlavis.org, de tendance « mao-spontex », qui prend la suite de L'Homme sans qualités (LHSQ).

Octobre : Lancement du quotidien maoïste Futur rouge, en ligne sur http://futurrouge.wordpress.com

Octobre : Lancement du blog des Redskinheads de France, maoïstes, sur www.redskinhead-de-France.fr

Novembre : Lancement du site La Terre d'abord, consacré aux questions environnementalistes, et proche du PCMLM, sur www.laterredabord.org

Février : Sortie des Carnets du voyage en Chine de Roland Barthes, aux Editions Christian Bourgois/IMEC.

Mars : La majorité des groupes qui se revendiquent du marxisme-léninisme et du maoïsme appellent à l'abstention pour les élections régionales, sauf le PCOF qui fait partie du Front de Gauche.

Mars : Création du blog « Le dazibao dialectique », avec pour objectif d'afficher au grand jour toutes les questions sur une connaissance marxiste du monde. Sur http://dazibaodialectique.over-blog.com

Artières Philippe, Zancarini-Fournel Michelle (sdd), 68, une histoire collective (1962-1981), Paris, La Découverte, 2008.

Barou Jean-Pierre, Sartre, Le temps des révoltes, Paris, Stock, 2006.

Biard Roland, Dictionnaire de l'extrême-gauche de 1945 à nos jours, Paris, Belfond, 1978.

Bourseiller Christophe, Les Maoïstes. La folle histoire des gardes rouges français, Paris, Plon, 1996.

Forest Philippe, Histoire de Tel Quel 1960-1982, Paris, Le Seuil, 1995, 655 p.

Hamon Hervé et Rotman Patrick, Génération, tome 1, Paris, Le Seuil, 1987, 603 p. rééd. 1990, 615 p., 1998, 700 p. et 2008, 694 p.

Hamon Hervé et Rotman Patrick, Génération, tome 2, Paris, Le Seuil, 1988, 615 p., rééd. 1990, 700 p., 1998, 675 p. et 2008, 675 p.

Rivenc Jean-Pierre, Le mouvement maoïste français, thèse de 3e cycle d’histoire sous la direction de Rolande Trempé, Université de Toulouse, 1982, 477 p.

Suzzoni Monique, « Chronologie générale », in Matériaux pour l'histoire de notre temps, n° 11-13, vol. 11, 1988, p. 284-303.

Le Monde.

Les sites (voir la partie des archives en ligne de la bibliographie).



Notes de bas de page


1 Pour les usages et mésusages de ces différents termes, on se reportera à la présentation du volume 8 paru au Bord de l'Eau.
2 Ces événements sont inscrits dans une police différente.

Pour citer cet article


Beuvain Christian et Schoumacher Florent. Chronologie des maoïsmes en France, des années 1930 à 2010.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Numéro 3 - Printemps 2012, 5 avril 2012. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1550




 
Revue électronique Dissidences...-