Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : octobre 2011 > Nos archives du mois : le mouvement socialiste

compte rendu

Jean Jaurès, Paris, Perrin, 2005, 326 p.

Par Vincent Chambarlhac.


Jean-Pierre RIOUX

Image1

Biographe de Jean Jaurès, Jean-Pierre Rioux succède à Jean Rabaut pour les éditions Perrin. L'enthousiasme, comme l'empathie, de sa plume pour Jaurès permet une lecture au galop d'une biographie classique, sans doute moins fouillée que celle de son prédécesseur. Ils l'ont tué souligne l'introduction, ouvrant ensuite sur la description du cours affreusement abrégé du voyage de Jean Jaurès (p. 16). Onze chapitres structurent alors cette biographie, close par l'évocation - Entre deuil et espoir - de la fortune posthume de la figure jaurèsienne. Une chronologie - Le cours d'une vie - souligne jusqu'en l'an 2000 que le travail biographique sur Jaurès n'est sans doute pas clos… La bibliographie, commentée par l'Inspecteur Général qu'est Jean-Pierre Rioux (" pour travailler avec ses élèves… " p. 306), reprend les thématiques des chapitres ; elle illustre également les appréciations portées en conclusion sur le travail accompli par la Société d'Etudes Jaurésiennes, autour de Madeleine Rebérioux notamment.
L'ouvrage paraît bien coupé, mal cousu selon la formule hugolienne. Bien coupé pour le cadre biographique que prescrit la collection. Toutes les facettes de Jaurès sont évoquées, de L'enfant du Tarn à l'Elu de Carmaux, via l'historien, le républicain-socialiste suivant le marxiste-démocrate. Pour l'auteur, l'homme importe davantage que le jauressisme ; on perçoit finalement peu l'époque et sa complexité, éclipsées par la figure du tribun. Si Jaurès apparaît comme un homme-orchestre (p. 188-216), l'orchestre est absent ; les moments où Jaurès n'est pas soliste parcimonieusement mesurés. Le congrès d'unification (1905) où Jaurès apparaît comme perdant face à l'attelage Guesde / Vaillant occupe un paragraphe ; rien ne transpire des tractations, des affrontements des coulisses… La SFIO elle même se devine, plus qu'elle ne s'appréhende, de même la question de L'Humanité… Le combat pacifiste devient l'œuvre d'un homme, plus que d'un parti ; mentionnée, l'union sacrée scellée sur la tombe de Jaurès n'appelle qu'un bref " tout montre que lui-même [Jaurès] n'aurait vraisemblablement pas refusé de contribuer [à l'Union sacrée] ". Jean-Pierre Rioux campe l'homme davantage face à sa postérité qu'à son temps : Jaurès historien, après Michelet " trace aussi la voie, et très gaillardement, vers ce qu'avec Lucien Febvre on nomma l'histoire des mentalités et qu'aujourd'hui on désigne par histoire culturelle (p. 142) ". La formule vaut d'autant plus que Jean-Pierre Rioux est l'un des promoteurs de cette dernière...(1) Ici l'ouvrage semble mal cousu. L'introduction, et bien davantage encore la conclusion, invitent à une lecture des usages de Jaurès sur le siècle ; usages politiques mais aussi scientifiques donc, puisque l'Histoire socialiste de la Révolution française appelle l'histoire des mentalités, l'histoire culturelle et sociale (2). En somme, une déconstruction du mythe jaurésien s'esquisse, ouvrant la voie à une autre manière d'écrire la biographie de Jaurès. L'auteur l'appelle de ses vœux, il l'esquissa sur son versant politique dans le colloque Jaurès et les intellectuels (Lectures posthumes de Jaurès, 1994) comme dans Tombeaux pour la gauche (1996). Elle manque à l'ouvrage, indiquant par là que ce n'était pas l'objet du moment, ni du lectorat potentiel sollicité par le centenaire de la SFIO.

 (1) Jean-Pierre Rioux, Jean-François Sirinelli, Pour une histoire culturelle, Paris, Seuil, 1998.
(2) Sur la part de l'objet SFIO - et singulièrement Jaurès - dans l'histoire culturelle, cf. Vincent Chambarlhac, " SHS versus socialisme ? Les écritures intellectuelles du socialisme à la Belle époque ", Recherches socialistes, n° 29, avril 2005


Pour citer cet article


RIOUX Jean-Pierre. Jean Jaurès, Paris, Perrin, 2005, 326 p. : Par Vincent Chambarlhac..

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : octobre 2011, 22 juin 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1238




 
Revue électronique Dissidences...-