Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : septembre 2011 > Nos archives du mois : le mouvement féministe

compte rendu

Avorter. Histoires des luttes et des conditions d'avortement des années 1960 à aujourd'hui, Lyon, Ed. Tahin Party, 2008, 130 p., 6€.

Jean-Paul Salles


COLLECTIF IVP

Image1

Ce livre, à mi-chemin entre ouvrage militant et ouvrage scientifique, a l'ambition de retracer les luttes menées en France autour de l'avortement, des années 60 – et même avant cf. p.16 à 25 – jusqu'à aujourd'hui. On y trouve donc, comme dans un ouvrage universitaire, un glossaire, les sources utilisées, une filmographie, d'excellentes affiches reproduites et une bibliographie. On regrettera l'oubli du livre de Jean-Yves Le Naour et Catherine Valensi, Histoire de l'avortement , Seuil, 2003 (voir notre compte rendu sur le site dissidences.net).

En plus, à la fin de chaque chapitre – le livre respecte l'ordre chronologique – les auteur(e)s de ce collectif retracent les luttes menées à Grenoble même. Mais à notre avis, ce sujet à lui seul aurait mérité un livre, étant donné le rôle essentiel joué par cette ville dans ce combat en faveur de la liberté de la contraception et de l'avortement, au point qu'au début des années 60 des couples prenaient leurs vacances dans cette région pour pouvoir faire un crochet par le Planning Familial. En effet, c'est à Grenoble qu'ouvre le premier centre d'accueil et d'information du P.F. en 1961, grâce à une équipe courageuse dont les chevilles ouvrières furent Georges Pascal, professeur de philosophie à la Faculté, Maître Eynard, avocat, et le Docteur Henri Fabre, médecin gynécologue et trotskyste en effet (p.23), donc pas (ou plus !) membre du PC, comme il est dit à la page 22 du même personnage ! Henri et sa sœur Paulette étaient les enfants d'un instituteur qui fut même candidat du PCI (Parti communiste internationaliste, trotskyste) aux élections législatives de 1946 dans l'Isère (cf. Laurent Schwartz, Un mathématicien aux prises avec le siècle , Odile Jacob, 1997, p.269). Cette précision est importante, car le PC, après avoir été au début de son histoire un des principaux acteurs de ce combat, change d'attitude au moment du Front populaire. Ainsi, en réponse au journaliste communiste Jaques Derogy, qui lui avait envoyé son livre Des enfants malgré nous , dans lequel il dénonçait les drames des avortements clandestins, Maurice Thorez lui reproche dans L'Humanité du 2 mai 1956 de prendre position pour « le droit au refus de la maternité ». « Les communistes, poursuit-il, condamnent les conceptions réactionnaires de ceux qui préconisent la limitation des naissances et cherchent ainsi à détourner les travailleurs de leur bataille pour la pain et le socialisme ». Et d'attaquer le Birth Control, invention anglo-américaine, donc néfaste pour la classe ouvrière en ces temps de Guerre froide.

On pourrait noter d'autres imprécisions ou erreurs dans la suite du livre. Si le rôle des femmes protestantes est bien noté dans la naissance du Planning Familial (mais pourquoi ne pas citer Simonne Iff, fille de pasteur ?), celui de la CFDT (avec Jeannette Laot) est oublié dans la naissance du MLAC (p.32). Finalement, c'est la dernière partie (2001-08) que nous avons préférée, et son existence mérite qu'on encourage ce livre. Y est fort bien décrite « la détérioration du droit à l'avortement ». Non seulement le manque de moyens dans les hôpitaux oblige beaucoup de femmes à partir encore à l'étranger pour avorter mais les groupes de pression catholiques - intégristes ou pas d'ailleurs – et autres ligues de vertu sont toujours vivants, prêts à se mobiliser contre un droit conquis de haute lutte et toujours fragile. Le développement sur la situation à Grenoble est particulièrement étoffé, les auteur(e)s ayant interrogé de nombreuses actrices de cette histoire. Leurs craintes de voir le nouvel hôpital, significativement baptisé « Hôpital Couple-Enfant », négliger l'IVG au profit de la maternité ne sont pas sans fondement, tant il est vrai, comme les auteur(e)s l'indiquent en conclusion que « si l'avortement est admis politiquement, il reste un sujet tabou socialement ».


Pour citer cet article


COLLECTIF IVP . Avorter. Histoires des luttes et des conditions d'avortement des années 1960 à aujourd'hui, Lyon, Ed. Tahin Party, 2008, 130 p., 6€. : Jean-Paul Salles.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : septembre 2011, 22 juin 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1166




 
Revue électronique Dissidences...-