Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : août 2011 > Nos archives du mois : le mouvement anarchiste

compte rendu

Anarchistes , Paris, La ville brûle, 2009, 142 p., 13 €.

Par Georges Ubbiali


Irène PEREIRA

Image1

Saluons la naissance d'un nouvel éditeur engagé qui publie coup sur coup cette synthèse sur l'anarchie et un autre (sous la plume de Roger Martelli sur le communisme. Cette jeune maison d'édition propose à travers de cette collection engagé-e-s d'offrir des textes permettant de découvrir ou d'approfondir les questions sociales, politiques et environnementales. Si la suite de la production est à la hauteur de cette première publication, les lecteurs n'auront qu'à s'en réjouir. Irène Pereira, auteure d'une thèse de sociologie sur le syndicat Sud, militante audit syndicat et par ailleurs membre de l'Alternative libertaire, présente dans cet opus le courant des anarchistes, dans sa diversité. En effet, selon elle, l'anarchie doit se concevoir comme la résultante de trois approches assez distinctes, qui donnent lieu à trois chapitres de synthèse, après une présentation très succincte de la personne de Proudhon, père commun à tous. Un premier courant, avec ses auteurs et ses traditions, est celui de l'anarchisme révolutionnaire, agissant sur la base de la lutte de classe. La seconde conception se réfère à une tradition plus humaniste, insistant sur les mobilisations, mais pas sur la classe ouvrière comme acteur central. Enfin, la sensibilité individualiste fait l'objet d'une ultime présentation. Puis, un chapitre est consacré à la question de l'éducation, considérée comme une dimension décisive de la pratique anarchiste. Les organisations anarchistes françaises, qu'elles soient d'essence plateformiste ou synthésiste (ces notions sont naturellement précisées) sont présentées brièvement. Plus originales apparaît la dernière partie, à la fois dans l'énumération des penseurs actuels de l'anarchisme, en particulier en ce qui concerne les théoriciens états-uniens et à propose de la discussion des différentes thématiques qui animent les pratiques et revendications anarchistes. Autant l'exposition historique des débats fondateurs (entre le marxisme et l'anarchisme) ne brille guère par son originalité, autant les développements sur les questionnements contemporains offrent des pistes pour un dépassement d'antagonismes anciens et peut-être, datés. Elégamment présenté, nourri de précieuses annexes (bibliographie, sitiographie, mais aussi une présentation des symboles de l'anarchisme), ce petit volume remplit parfaitement sa fonction de synthèse et de découverte d'une tradition politique toujours aussi vivante au XXI e siècle qu'elle ne l'était jadis. Tel est en tous les cas la conclusion que le lecteur tirera de cet exposé qui inaugure une collection à laquelle on ne peut que souhaiter une longue vie.


Pour citer cet article


PEREIRA Irène. Anarchistes , Paris, La ville brûle, 2009, 142 p., 13 €. : Par Georges Ubbiali.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : août 2011, 21 juin 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1063




 
Revue électronique Dissidences...-