Précédent   Bas de page   Suivant   Signaler cette page   Version imprimable

Bibliothèque de comptes rendus : juillet 2011 > Nos archives du mois : mémoires ouvrières, témoignages

compte rendu

32 jours de mai, Bordeaux, Le Bord de l’eau, 2005.

Par Georges Ubbiali


Martine STORTI

Image1

Martine Storti raconte dans ce livre son expérience, et l’impasse de l’arrivée de la gauche au pouvoir, dans un très beau témoignage, Un chagrin politique, paru en 1996. Avec ce nouveau livre, elle change de registre pour adopter celui de la fiction, mais sans changer vraiment de sujet. Ces 32 jours sont la période de rencontre de deux femmes, une jeune étudiante gauchiste, Jeanne et d’une professeure de philosophie, Louise, qui se rencontrent et tombent amoureuses l’une de l’autre dans ces chaudes journées de Mai 68. Mais que l’on n’attende aucune partie de jambes en l’air égrillarde ou quelque approche en terme de psychologie profonde dans ces pages. On le sait dès le départ, cette histoire ne durera pas car le livre débute par la mort de Jeanne, à la fin des années 90. La prose de Storti est l’occasion de revenir sur la foudroyance des jours que constituèrent ceux du mois de Mai pour une jeune femme qui a crû que vraiment le monde basculait. D’AG en manifestations, de débats en rédaction de tracts, Jeanne est de toutes les actions. C’est dans cette ambiance que mûrit son amour pour Louise, qui ne se consommera qu’une fois le mouvement en phase de déclin. Si leur amour ne vivra que peu du fait de la disparition brutale et accidentelle de Louise, elles auront l’occasion de s’aimer pour toute la vie. Une vie qui se poursuit pour Jeanne par un nouveau désenchantement avec le 10 mai quelques années plus tard. Alors, elle décidera de rompre pour de bon, de s’engager corps et âme dans l’aide immédiate, dans le travail humanitaire. Sobrement écrit, ce roman fait pénétrer le lecteur au cœur du sentiment d’écoeurement  croissant que Jeanne éprouve à propos du mal-fonctionnement du monde, des impasses qu’elle parcourt (ainsi la tentative d’écrire un roman), avant de faire le choix de l’éloignement.


Pour citer cet article


STORTI Martine. 32 jours de mai, Bordeaux, Le Bord de l’eau, 2005. : Par Georges Ubbiali.

Revue électronique dissidences
[en ligne], Bibliothèque de comptes rendus : juillet 2011, 14 juin 2011. Disponible sur Internet : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1027




 
Revue électronique Dissidences...-